Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Modèle de la semaine > Liste des modèles en archives

Un modèle d'action

Prophètes de notre temps !

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.
Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.


pointeur Voir autres modèles

Mgr Oscar RoberoOscar Romero

Voix des pauvres du Salvador

Béatifié le 23 mai 2015, au Savador

Il avait osé prendre ouvertement position pour les pauvres de son pays!..  Il avait osé dénoncer publiquement les actes de répression contre les organisations paysannes et populaires, et s'attaquer au régime militaire qui les écrasait pour protéger les intérêts de quelques familles de riches propriétaires terriens!  Il avait osé se porter à la défense de milliers de gens qu’on emprisonnait et assassinait sans vergogne!  Il était devenu le porte-voix officiel du faible.  Un homme dangereux qui ne craignait pas de dire la vérité.  L’ escadron de la mort ne le lui pardonna pas.  Il était archevêque de San Salvador (en Amérique centrale) lorsqu’on l’assassina en 1980 pendant qu’il célébrait la Messe.

Sa "conversion"

   Pendant de nombreuses années, Oscar Romero tenta de maintenir un équilibre entre, d’une part, son attachement profond pour les traditions et le Magistère de l’Église et, d’autre part, sa compassion grandissante pour un peuple exploité et sans défense.  Un événement marqua un tournant décisif dans sa vie.  Il venait d’être nommé archevêque de San Salvador lorsqu’il apprit l’assassinat de son ami, le Jésuite Rutilio Grande, un prêtre ouvert, aimé du peuple, engagé socialement.  On tira à bout portant sur lui ainsi que sur un vieillard et un jeune garçon qui l'accompagnaient. Ce fut la goutte qui fit déborder le vase.

   À partir de ce moment-là, Romero refusa d'apparaître dans les cérémonies publiques en présence de l'armée ou du gouvernement jusqu'à ce que la lumière soit faite sur le meurtre du père Grande et qu'un véritable changement social ait vu le jour.  Il décida de se ranger clairement du côté des opprimés et de se servir de sa position d’archevêque comme moyen de les défendre. Dès lors, chaque dimanche, dans sa cathédrale ainsi qu'à des stations de radio, il dénonça sans relâche tout ce qui lui apparaissait des manquements flagrants aux droits humains.  

Dans son dernier sermon, il interpella les militaires :

Oscar Romero préchant, dénonçant les injustices«Je fais appel à vous, membres de la garde nationale, soldats, policiers, vous qui  faites partie de notre peuple.   Ces paysans que vous tuez, ce sont vos propres frères.  Tout ordre injustifié d’un homme qui vous demande de tuer est subordonné à la loi de Dieu qui dit « Tu ne tueras pas ».  Aucun soldat n’est tenu d’obéir à un ordre immoral, contraire à la loi de Dieu.   Il est temps d’obéir à votre conscience.  …Au nom de Dieu, au nom du peuple qui souffre et qui crie vers le ciel, je vous implore, je vous supplie, je vous ordonne : cessez la répression »

"Heureux les persécutés pour la justice"

Son combat, il le mena seul et dans un climat de persécution. Non seulement il n'eut pas l’appui de ses confrères prêtres et évêques - qui préféraient s'en tenir à la prudence du silence - mais plusieurs s'opposèrent à lui ouvertement et le dénoncèrent à Rome, l'accusant de favoriser la montée du communisme dans le pays. 

"Vous me dites dites d'imiter la prudence du Christ...  S’il fut si prudent que cela, comment se fait-il qu’ils l’aient tué? »Romero souffrit beaucoup de cette incompréhension. Profondément attaché à l’autorité du pape, il tint à s’expliquer auprès de Jean-Paul II, mais, apparemment, sans résultats. Il tenta de lui faire comprendre que son appui aux organisations défendant les pauvres ne signifiait pas une sympathie pour la gauche marxiste, qu’il était très conscient de l’infiltration possible du communisme et faisait tout pour s'y opposer, mais qu’il fallait savoir aussi que les forces économiques et politiques de son pays se servaient justement de cette peur du communisme pour justifier et perpétrer leurs injustices.   

Pour lui,  ne pas être du côté du pauvre c’était trahir l’Évangile. «Une Eglise qui ne s'unit pas aux pauvres et, à partir d'eux, ne dénonce pas les injustices commises contre eux, n'est pas la véritable Église de Jésus-Christ»

"Si le grain ne tombe en terre..."

Il savait le sort qui lui était réservé. Dans une de ses homélies il avait dit :  «Je ne crois pas à la mort sans la résurrection.  Si on me tue, je ressusciterai dans les cœurs du peuple salvadorien.»
  Monseigneur Romero distribuant la communion

Ce qu'il prévoyait arriva : En mars 1980, Oscar Romero est assassiné au moment où il s'offre avec le pain et le vin et qu’il vient tout juste de lire et commenter la parabole du grain de blé qui doit mourir afin de porter ses fruits.

Une immense foule assista aux obsèques de l'archevêque martyr et, aujourd'hui, des milliers de personnes de tous horizons viennent se recueillir sur sa tombe.   Parce qu'il a voué sa vie à la défense des pauvres et des opprimés, il est l'objet de vénération de tout un peuple et demeure une lumière d'espoir pour le monde entier.  Le grain tombé en terre porte des fruits...

Et ce n’est pas fini.  Car la cause de sa canonisation est maintenant introduite à Rome

Serge Séguin

Oscar Romero

Romero : Plus de 40 ans déjà! *

...le martyr oublié du Vatican

Le 24 mars 1980, Oscar Arnulfo Romero, archevêque de San Salvador, était assassiné à l'autel. Huit siècles plus tôt, à Canterbury, un autre archevêque subissait le même sort : Thomas Becket. A des siècles de distance, même crime, même instigateur : le pouvoir politique

Le pouvoir politique supporte mal d'être contesté par une Église que, dans l'histoire, il s'est toujours efforcé d'instrumentaliser. En quoi il a d'ailleurs souvent réussi, quitte à concéder quelques faveurs en échange de sa collaboration, au minimum de son silence. Aussi, lorsqu'une voix épiscopale s'élève contre les abus du pouvoir politique elle est entendue par le peuple et prend des risques en ébranlant ce pouvoir auquel elle rappelle qu'il est avant tout au service du peuple, et ne saurait se prévaloir de ses droits pour opprimer au lieu de protéger.

Si Thomas Becket et Oscar Romero ont connu un sort identique, la comparaison s'arrête là, car ni les motifs de leur assassinat, ni l'attitude de Rome à leur égard ne sont les mêmes, et cela incite à la réflexion. Sur injonction du pape Alexandre III, le roi d'Angleterre, Henri II, a dû faire pénitence publique pour être à nouveau admis dans la communion de l'Eglise. Rien de tel avec Mgr Romero. Les auteurs de son assassinat ont certes été blâmés, mais seulement pour motif de sacrilège, le crime ayant été commis dans une église et durant le culte. Aucune excommunication, aucune référence au combat mené par l'archevêque en faveur des pauvres, véritable motif de sa mort. Ce combat, il l'avait d'ailleurs mené sans l'appui des autres évêques, à l'exception d'un seul, et sans l'appui du Vatican. Son Journal (1) , et plus encore les récits des témoins (2), nous révèlent à quel point il a souffert de l'incompréhension romaine, lui qui était profondément attaché à l'autorité du pape. S'il a été entendu par Paul VI, il ne le fut guère par Jean-Paul II, et encore moins par les petits monsignori des bureaux romains. On lui conseillait la prudence, à l'exemple de Jésus-Christ. A quoi il lui fut facile de répondre : « S'il fut si prudent que cela, comment se fait-il qu'ils l'aient tué ? »

Jean-Paul II a-t-il été impressionné par le mouvement populaire proclamant spontanément, dans toute l'Amérique latine, la sainteté de l'archevêque martyr, ou bien a-t-il voulu corriger l'indifférence passée ? Toujours est-il que le processus de béatification est engagé. Il y a moins de risques à honorer les morts que les vivants !

Vivant, Mgr Romero l'est toujours au milieu de ce peuple dans lequel il reconnaissait ses racines et dont il ne pouvait pas supporter les souffrances engendrées par les injustices structurelles, l'égoïsme et l'aveuglement des riches, toutes choses qu'il ne cessait de dénoncer. Il avait vu venir la guerre civile, et il avait multiplié les démarches et les injonctions pour l'éviter. Il n'a pas été entendu.

Le serait-il davantage aujourd'hui ? Les armes se sont tues, il y a eu des élections - quelque peu entachées d'« irrégularités » - mais les structures qui ont engendré le conflit n'ont pas été changées, et le pouvoir est toujours entre les mains de ceux qui ont fomenté tant d'assassinats et qui n'ont nullement fait amende honorable, à commencer par l'ancien président Cristiani qui a pleuré sur la tombe du major d'Aubuisson, instigateur connu de l'assassinat d'Oscar Romero, après l'avoir comblé d'honneurs. Ce même Cristiani a été encensé partout comme l'homme de la paix. Mais c'est aussi sous sa présidence que les jésuites de l'université catholique (UCA) ont été massacrés et les responsables ne sont pas poursuivis. La paix et la démocratie ne peuvent être construites que sur la justice et la vérité.

Par Maurice Barth
* (paru en 1995 sous le titre de Mgr Romero: quinze ans déjà!

______________

1) Publié en français aux éditions Karthala.
2) Maria Lopez Vigil, Piezas para un retrato, ed. UCA, San Salavador