Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Liste des Modèles en archives > Modèle de la semaine

Un modèle d'action

Prophètes de notre temps !

Modèles en archives

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.

 

 Marcelle Mallet - fondatrice des Soeurs de la Charité de Québec

Marcelle Mallet
1805-1871
___________

Fondatrice des
Soeurs de la Charité de Québec

Reconnue vénérable
par le pape François
le 27 janvier 2014


________________________________________________________________________________

«Allons, en toutes nos peines,
nous consoler dans le divin Coeur de Jésus,
siège de toutes les vertus, si j'aime le Coeur de Jésus,
rien ne me coûtera.
Je le prie d'embraser mon coeur de son amour
et de me donner la douceur, la patience,
l'humilité, la résignation.»
Soeur Marcelle Mallet

____________________________________________________
Brève biographie de Marcelle Mallet

Marie-Anne-Marcelle Mallet est née le 26 mars 1805 à Côte-des-Neiges qui était alors un petit village sur les flancs du Mont-Royal.
Il faisait parti de la paroisse Notre-Dame de Montréal.

Son père, Vital Mallet est né le 19 juillet 1776 à Lachine.
Il était maître-tanneur originaire de la Bretagne.
Il est décédé le 23 avril 1810 à l'âge de 34 ans.
Sa mère, Marguerite Sarrazin, est née le 21 février 1777 et décédée le 4 novembre 1856.

Vital et Marguerite se sont mariés le 21 octobre 1759 à l'église Notre-Dame de Montréal.
Ils eurent 10 enfants dont : Henriette née en 1800 et décédée à 4 mois – Vital-Narcisse né en 1801 - Marcelle – Jean-Fleury né en 1806 – Marguerite née en 1807 – Jean-Alexis né en 1808 et Toussaint-Robert né en 1810.
Seulement deux enfants survivront Narcisse et Marcelle.

En 1806, la famille déménage à l’Assomption.
L’enfance de Marcelle est marquée par le deuil de son père décédé alors qu'elle n'avait que cinq ans.

À l'âge de 12 ans, après sa première communion, sa mère se résigne à se séparer de sa fille pour lui assurer une bonne éducation et elle envoie Msarcelle demeurer chez son oncle et sa tante qui habitent Lachine. Elle rejoindra son frère Narcisse.

De 1822 à 1824, Marcelle travaillera comme servante à l'hôpital général de Montréal.


Marcelle entre chez les Soeurs Grises de Montréal

Le 6 mai 1824, Marcelle âgée de 19 ans, entre comme novice chez les Soeurs Grises de Montréal.
(fondée par Marguerite d’Youville, Dufrost de Lajemmerais).

Elle prononcera ses vœux deux ans plus tard.
__________________________________________________________________________

En 1840, sœur Mallet est nommée une des douze administratrices de l'hôpital général de Montréal.

Sept ans plus tard, le typhus fait rage à Montréal.
Sœur Mallet assumera l'entière responsabilité de l'hôpital général de Montréal en remplacement de mère Marguerite Lemaire.

Les Soeurs Grises de Montréal acceptent d’abord l'instauration de trois communautés autonomes pour le service aux pauvres.

Une première à St-Hyacinthe, une seconde à Rivière-Rouge et une troisième à Ottawa.
________________________________________________________________________

En 1847, la ville de Québec compte alors plus de 40,000 habitants
et une grande partie de la population vit dans une très grande pauvreté.

Dans les années
futures, plusieurs malheurs s'acharneront sur la ville de Québec.

De 1832 à 1834, il y eut une épidémie de choléra,en 1845, une série d'incendies considérables, en 1847, le typhus et en 1849 une autre épidémie de choléra.


Les communautés présentes ne surviennent plus à la tâche notamment :
le séminaire de Québec, les Ursulines, la Congrégation Notre-Dame, les Hospitalières de la Miséricorde de Jésus et les Frères des Écoles Chrétiennes.


L'oeuvre de mère Marcelle Mallet


Le 18 mai 1849, à la demande de Mgr Pierre-Flavien Turgeon, évêque coadjuteur de Québec, le conseil général accepte d’établir une maison des sœurs grises à Québec et prendre la relève de la Société charitable des dames catholiques de Québec, œuvre fondée en 1831.

Les dames de la société demeurèrent les collaboratrices des sœurs de la Charité.

__________________________________________________________________________

Sœur Mallet s’offre pour faire partie de la fondation du quatrième établissement des Soeurs Grises de Montréal et elle se rend à Québec.

Le 21 août 1849, sœur Mallet accompagnée de cinq compagnes est accueillie chaleureusement par les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.
Elles s’installent dans le quartier St-Jean et occupent un orphelinat fourni par
« les Dames charitables de Québec » rue des Glacis qu'on renommera
" 'Hospice des Soeurs de la charité de Québec".
__________________________________________________________________________

Le premier mandat qui leur est confié consiste à reprendre les rênes de l’œuvre de la Société charitable des Dames catholiques de Québec, c’est-à-dire à s’occuper de l’Asile des orphelins de la rue des Glacis.

Au moment de prendre en charge l'orphelinat de la rue Des Glacis en 1849, Mère Mallet et ses sœurs commencent aussi leurs visites à domicile des pauvres et des malades

Elles débutent une grande œuvre de charité et prennent le nom :
« d’Hospice des Sœurs de la Charité de Québec ».
Elles supportent d’abord les institutions en place et se donnent pour mandats :
- soin des malades à domicile
– visite des pauvres
– hébergement des orphelins
– aide aux séminaristes
– ouverture d'un dispensaire pour les pauvres.

Elles assurent la direction de l’orphelinat et prennent en charge plus de 25 petites filles et
reçoivent des écolières au nombre de 250, ce nombre augmentera à 400 en 1854.

De plus, elles assurent l'ensevelissement des victimes du choléra, charge que tout le monde refuse.

De 1849 à 1854, des vocations fusent chez les soeurs de la Charité, du nombre de 6,
elles passent à 17.

L'action éducatrice continue de se développer de sorte qu'en 1866, on est rendu à 800 élèves orphelines.
Plusieurs deviennent religieuses.

Le 3 mai 1854, un incendie ravage l’orphelinat qui sera rebâti.

En 1855, elles reçoivent des dames nécessiteuses en pension et en 1856, on accueille les infirmes.

En 1866, « L’Institut des sœurs de la Charité de Québec » reçoit sa consécration officielle de l’Église par Pie IX qui approuve les Règles et constitutions.

En 1866, elles acceptent le service d’un dispensaire pour malades indigents
et cela se poursuivra durant 17 ans.
__________________________________________________________________________

Tout ce temps-là, Mère Mallet a dirigé la communauté et elle établira en dehors des limites du diocèse de Québec cinq maisons d'éducation pour jeunes filles; d'abord à Cacouna, puis à Lévis, Deschambault, Plessisville et à La Pocatière.

Mère Mallet n'a pas été réélue comme Mère supérieure à une élection tenue en 1866.
Elle est donc retournée vivre comme une simple nonne.

Sa santé devient précaire et elle tombe malade en 1866.
__________________________________________________________________________

Mère Mallet est décédée le matin de Pâques du 9 avrill 1871.

Sa vie a été marquée en particulier par sa bonté exceptionnelle
à l'égard des orphelins, des malades et des religieuses.

Le tombeau de Mère Mallet repose dans la chapelle de la Maison-mère au 2655, rue Guillemette-Le-Pelletier, Québec

 

Une communauté encore bien vivante


Un siècle après sa mort, la communauté des sœurs de la Charité de Québec compte près de 1 800 professes.

Cela a débordé vite les limites de la ville de Québec de telle sorte que les Sœurs essaimaient dans toutes les directions.

Au fil des ans, les Sœurs de la Charité de Québec se retrouvent dans tous les diocèses du Québec et même à l’Île-du-Prince-Edouard et aux États-Unis.

Les œuvres se poursuivent et s’ajusteront au besoin de la société.
On enverra même des sœurs en mission au Japon.

Le temps a passé et l’attention aux pauvres et aux démunis est demeurée la même qu’à l’époque de Mère Mallet. Aujourd’hui, la maison de fondation, notamment la Maison Mère-Mallet, est toujours la maison de charité.

On y accueille la Soupe populaire, le Comptoir vestimentaire familial, le Comptoir vestimentaire des messieurs, le service d’aide aux familles et l’Accueil « La Providence » pour les personnes des régions éloignées qui suivent des traitements à l’Hôpital ect.

L’Église déclare "vénérable" Marcelle Mallet

Sa cause a été officiellement lancée par l’archidiocèse de Québec le 26 mars 1983.

Dix ans plus tard, soit le 26 novembre 1993, le Saint-Siège a endossé la validité du procès diocésain sur sa vie et ses vertus.

Le 27 janvier 2014, L’Église déclare "vénérable" Marcelle Mallet;
fondatrice des Sœurs de la Charité de Québec reconnue pour ses vertus héroïques
par le pape François.

Source: Dictionnaire biographique du Canada - Wikipédia - Site des Soeurs de la Charité de Québec - Centre Marcel-Mallet- Photos sur le web.
_____________________________________________________________________________________________
Recherche et conception: Réjean Vigneux
Révision: Marielle Lefebvre