Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Modèle de la semaine > Liste des modèles en archive

Un modèle de foi en action

Prophètes de notre temps !

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.
Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.


pointeur Voir autres modèles

 

Frédéric JanssooneFrédéric Janssoone
(1838-1916)

__________________

Bâtisseur et prédicateur d'exception

Séjour en Terre Sainte à titre de Vicaire custodial

Précurseur des pélerinages
au Cap de la Madeleine

Béatifié par le pape Jean-Paul II
le 25 septembre 1988.

_______________________________________________________

" Le Père Frédéric représente bien cette spiritualité
de la renaissance catholique du milieu du XIXe siècle
fondée sur les confréries,
sur la prédication visant la conversion
et sur la fidélité aux obligations de la religion". 
 Hermann Giguère

________________________________________________________________________________

Brève biographie de Frédéric (Cornil) Janssoone


Frédéric Jansoone est né le 19 novembre 1838 à Ghyvelde en région Nord-Pas-de Calais-Picardie en France.

Issu d'une famille très catholique, il fut baptisé sous les prénoms Frédéric Cornil.

___________________________________________________________________________

Frédéric est le fils de Pierre Jansoone
et de Marie-Isabelle Bollengier.

Il fréquente l'école de son village natal et par la suite le collège D’Hazebourk et l’Institut Notre-Dame-des-Dunes de Dunkerque, ayant pour idéal de devenir religieux.

___________________________________________________________________________

À 19 ans, après la mort de son père, il dut quitter ses études pour venir en aide à sa famille qui était dans le besoin.

Il a travaillé comme commis-voyageur pour un négociant d’étoffes durant sept ans.
___________________________________________________________________________

À 26 ans, en 1864, sa mère décède et Frédéric retourne poursuivre ses études dans le but de se consacrer à Dieu.
Il entre au noviciat Damiens, chez les Frères Mineurs
(Les Franciscains).

Il est entièrement satisfait de la vie spirituelle qui se vit
et qui répond à ses besoins.
L’école de Saint-François d’Assise deviendra son guide jusqu’à sa mort.

Il complète ses études de philosophie et de théologie.
___________________________________________________________________________

Frédéric est ordonné prêtre le 17 août 1870 à Bourges, .

En France, il exerce son ministère en tant qu’aumônier militaire durant la guerre franco-prussienne de 1870.

Il participe à la fondation du couvent de Bordeaux et deviendra sous-maître des novices, directeur du Tiers-Ordre et de la Revue franciscaine à Paris.

Le père Frédéric a un ardent désir: "Aller œuvrer au pays de Jésus".

SÉJOUR EN TERRE SAINTE
(1875-1888)

Le Père Frédéric devient un fin diplomate, un habile bâtisseur et un prédicateur d’exception.

À 39 ans, le 3 avril 1878, il est élu vicaire custodial
( la Custodie de Terre Sainte est une institution catholique, tenue par les Frères Mineurs fransciscains qui étaient alors au nombre de 350 religieux).

Ils sont responsables des intérêts de l'Église catholique en Terre sainte, notamment de la garde des Lieux saints de Jérusalem et ce depuis le XIIIe siècle.
___________________________________________________________________________

Le Père Frédéric inaugurera le chemin de croix qui avait été interrompu depuis 1621 sur la Via Dolorosa à travers les rues de Jéruzalem.
Cette tradition est encore à la "une" de nos jours.
Il prêchera lui-même, à plusieurs reprises, le chemin de croix du vendredi-saint.
___________________________________________________________________________

Il fait construire à Bethléem l’église paroissiale de Sainte-Catherine qui est attenante à la basilique de la Nativité.

Les lieux saints ont des besoins flagrants sur le plan économique et c’est alors que le Père Frédéric devient mendiant pour la Terre Sainte.

Il va en France et au Canada demander de l’aide .


PAYS D’ADOPTION, LE CANADA
(1888-1916)

C’est donc en 1881 que le Père Frédéric fait un premier voyage au Canada.
Il reçoit un accueil chaleureux, si bien qu’il décide de s’établir en terre canadienne
et plus spécifiquement à Trois-Rivières au Québec.

Le 14 juin 1888, il est accueilli par Mgr Laflèche.

Le 22 juin, il participe à l’inauguration officielle du Sanctuaire du Cap dédié à Notre-Dame du Rosaire.

C’est lui qui fera l’homélie et lors de cette même cérémonie, il fut l’un des trois témoins du Prodige des yeux de la statue de la Vierge qui s’ouvrirent durant une dizaine de minutes.

Huit jours plus tard, le 30 juin 1888, le curé Luc Désilets décède; c'est lui qui dirigeait l’œuvre de pèlerinage du sanctuaire et il dira du Père Frédéric:


« Vous nous avez envoyé un saint; un saint et un religieux d'une puissance extraordinaire. On se le dispute littéralement. Les malades le cherchent et le suivent partout. C'est un homme de Dieu. Plus on voit cet homme de près, plus on le vénère et on l'admire. Si vous voyez ses supérieurs, vous pouvez les assurer qu'il vit comme un saint. Il faut vivre avec cet homme extraordinaire pour voir ce qu'il y a en lui de vertu, d'intelligence, de cœur et de noblesse. »
(Luc Désilets - Curé, 1881)


Le Père Frédéric
accepte de poursuivre l'œuvre
du curé Luc Désilets
et devient le premier directeur
des pèlerinages jusqu’en 1902.
___________________________________________________________________________

Le Père Frédéric met sur pied le Commissariat de Terre Sainte à Trois-Rivières et en fait l’inauguration le 12 octobre 1889.

Il s'employa à recueillir des aumônes pour soutenir les œuvres de Palestine.

___________________________________________________________________________

En 1892, il fonde la revue
« Les Annales du Très Saint Rosaire ».

Aujourd’hui elle porte le nom de
« Revue Notre-Dame-du-Cap ».
Publication mensuelle.
___________________________________________________________________________

En 1893, le Père Frédéric suggère par lettre aux « Oblats de Marie Immaculée »
de devenir les gardiens du Sanctuaire du Cap.
En 1902, ce projet se concrétisa et les Oblats devinrent les Gardiens du sanctuaire et le sont encore de nos jours.

Le Père Frédéric fait ériger trois chemins de croix dont les stations reproduisent les distances exactes de celui de Jéruzalem:
en 1895 au calvaire de Saint-Élie-de-Caxton, en Mauricie

En 1896, au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières
ainsi qu'au Sanctuaire de la Réparation à Montréal.

En 1900, il fonde une autre revue « La Revue eucharistique ».

C’est le 20 avril 1900 que Mgr F.X. Cloutier proclame le Sanctuaire lieu de pèlerinage diocésain et nomme le Père Frédéric directeur des pèlerinages jusqu'en 1914.
___________________________________________________________________________

Il jouera un rôle important dans le développement du culte marial au Québec.

Il multiplie des tournées de prédications de la parole de Dieu
et s’adonne à diverses tâches :
visites de fondations de l’ordre Franciscain,
fondations,
publications,
catéchèses etc.

Toutes ses activités ne l’empêchèrent pas de maintenir
un esprit de prière et de pénitence.

Décès et Béatification

 

Le Père Frédéric meurt d’un cancer d’estomac le 4 août 1916
à l’âge de 77 ans.

Son corps repose dans la chapelle Saint-Antoine
à Trois-Rivières.

Dès son décès, les fidèles ne cessent de réclamer un procès de canonisation.
___________________________________________________________________________


Plus de 500 faveurs ont été obtenues par son intercession.


Le « Bon père Frédéric »,
comme on l’appelait au Québec,
a été béatifié par le pape Jean-Paul II
le 25 septembre 1988.

Au Canada, on célèbre sa fête le 5 août.

Source: -
Dictionnaire biographique du Canada
- Wikipédia
- Site des Fransciscains
- Photos sur le web.
_____________________________________________________________________________________________
Recherche et conception: Réjean Vigneux
Révision: Marielle Lefebvre

Mise à jour: 04-2016