Divers types d'ultreya
Imprimer Texte plus gros Texte plus petit
Texte plus gros Texte plus petit

Divers types d'Ultreya.

 

Le modèle d’Ultreya le plus répandu

Le modèle d’Ultreya le plus répandu est un rassemblement hebdomadaire formé de plusieurs Réunions de groupes permanents.   C'est celui préconisé par les fondateurs du Mouvement.

     Durant la première moitié de l’Ultreya, ces Groupes se mêlent entre eux pour partager selon la méthode des RdG, c'est-à-dire sur la Prière, l'Étude et l'Action.  La deuxième partie consiste en un témoignage suivi de quelques commentaires venant des participants et d’un mot de l’animateur spirituel qui fait le lien entre ce qui a été partagé et l’Évangile.

     Le tout se déroule dans un climat informel, d’amitié et de foi. L’Ultreya dure, au plus, 1h30 et suit généralement le schéma suivant :

- Accueil, annonces, anniversaires.
- Prière : Viens Esprit-Saint, Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père.
- Partage en groupes sur la prière, l’étude et l’action apostolique. (30 min.)
- 4e jour : témoignage (10 min.) sur le trépied vécu durant les 2 dernières semaines.
- Réactions au témoignage. 4-5 interventions. Applications à leur vie.
- L’animateur spirituel fait le lien entre ce qui a été partagé et l’Évangile. (10 min.)
- Chant.
- Prière silencieuse devant le tabernacle dans une église ou prière à haute voix à des intentions personnelles et pour les prochains Cursillos.

 

Variantes du modèle traditionnel

Lors de l’Ultreya qui précède la tenue d’un Cursillo, à certains endroits, on remplace le témoignage sur le 4e jour, par un mot du recteur ou de la rectrice présentant son équipe et on termine par la célébration eucharistique.

À l’Ultreya qui accueille les nouveaux cursillistes, les témoignages sont donnés par les membres de l’équipe qui commentent leur expérience et/ou les candidats qui désirent donner un bref témoignage sur leur 4e jour

Une fois ou l’autre dans l’année, l’Ultreya réunit les cursillistes, parrains et marraines, futurs candidats et futures candidates, et autres personnes intéressées à en savoir davantage sur le MC. Les responsables et l’animateur spirituel présentent la fin de semaine et les buts et activités du Mouvement. Période de questions/réponses. Le tout se termine par une collation.

À noter que ces modifications ne touchent que la seconde partie de l’Ultreya; la première consistant toujours dans le partage sur le trépied (la prière, l’étude et l’action), à la manière des RdG.

 

Autres façons de vivre l'Ultreya

Pour diverses raisons, liées souvent aux conditions d’implantation ou de développement du MC, à certains endroits l’Ultreya diffère de ce qu’on vient de voir et du concept défini dans "Les Idées fondamentales du Mouvement des Cursillos". Voici quelques exemples illustrant cette variété dans les faits.

Dans plusieurs diocèses du MCFC

     Le P. Jean Riba, c.m.f., l’initiateur du Mouvement au Québec, souhaitait que l’Ultreya permette de prolonger et d’intensifier l’expérience du Cursillo. Pour y arriver, ce qui lui apparaissait impératif, c’est qu’elle soit "une rencontre d’Église" et il la voyait ainsi: "L’Ultreya sera rencontre d’Église si elle est rencontre du Christ et rencontre de nos frères. Il y a deux manières privilégiées de rencontrer le Christ : dans sa Parole et dans son Eucharistie. Mais pour que la participation au Corps eucharistique soit valable, il faut d’abord que je sache entrer en communion avec les autres membres du Corps du Christ."

     C’est ainsi que, là où les Réunions de Groupes ne sont pas encore organisées, l’Ultreya a pris la forme d’une rencontre hebdomadaire d’une communauté locale dont le nombre de participants peut se situer entre 15 et 30, et où on se retrouve entre cursillistes d’une même paroisse ou d’un même secteur. Cette communauté se réunit dans un climat de fraternité, de chant et de prière, partage sur l’évangile du dimanche (plutôt que sur le trépied), entend un témoignage basé sur cet évangile et, quand il y a présence d’un prêtre, participe à l’Eucharistie.

 

En Belgique

     À l’opposé de ce qui se passe dans plusieurs diocèses francophones du Canada, les cursillistes de Belgique sont regroupés uniquement par les réunions de groupe, et ces groupes se réunissent une fois le mois dans une Ultreya diocésaine avec un thème développé par l’Aumônier. Ce rassemblement mensuel, avec l’Eucharistie et un souper partagé, peut réunir de 50 à 60 personnes.

En Suisse

     En Suisse, c’est un peu différent. Les Ultreyas ne sont pas exactement mensuelles; il n’y en a que six ou sept par année. Les dates sont déterminées à l’avance dans leur bulletin "Arco Iris" (Arc en ciel). Les Ultreyas se font dans une paroisse différente chaque fois, et ce sont les cursillistes de cette paroisse qui sont chargés de la préparer. Ils en profitent pour présenter le Mouvement au curé ou au pasteur de cette paroisse (car le MC à Genève est œcuménique, ils alternent donc les paroisses catholiques et protestantes). Eux aussi, comme à Liège, peuvent réunir de 30 à 50 personnes.

À Puerto Rico

     À certains endroits, les Ultreyas réunissent des foules considérables. C’est le cas, entre autres, à San Juan, Puerto Rico, où un cursilliste canadien participa, un soir, à une Ultreya où 800 cursillistes étaient réunis dans une église. Le témoin de cette Ultreya écrit : "L’ambiance était celle d’une Clausura. Il y eut pas moins de dix courts témoignages, sollicités spontanément, mais tous très percutants. On sentait que tout le monde avait préparé quelque chose au cas où on le demanderait… sauf moi, qui ne connaissait pas leur programme! Le "rollo mystique" (c’est ainsi qu’on appelle les rollos des prêtres) est donné durant la messe par l’Animateur spirituel diocésain. Et cela, à tous les mois, immanquablement, indépendamment des Clausuras qui ont lieu, elles, tous les dimanches de l’année, pratiquement, puisqu’il y a 50 Cursillos par année!"

À Peoria (Illinois, É.-U.)

     Présent à une Ultreya dans le diocèse de Peoria (Illinois), un autre témoin écrit : "En fin d’année, le Comité en charge des Ultreyas se réunit avec l’Animateur spirituel du MC pour décider des thèmes qui seront abordés et des paroisses où se tiendront les Ultreyas mensuelles. À chaque Ultreya, le Comité invite soit une personne, soit un couple, à témoigner sur le thème proposé. Cela se fait au début de l’Ultreya, puis il y a toujours une messe avec homélie sur le même sujet. Après la messe, ce sont les nouvelles et les annonces concernant le Mouvement, puis il y a une réunion juste pour bavarder, avec des gâteaux et des boissons. C’est très joyeux et très informel, malgré la foule."

Au Venezuela

     Dans la revue "Tripode" (Trépied) de mars 97, on indique un calendrier des Ultreyas qui sont mensuelles et diocésaines. Comme elles ne sont pas aux mêmes dates dans chaque diocèse, un cursilliste peut donc se rendre à plusieurs Ultreyas dans le mois, s’il le désire. Les Ultreyas sont thématiques et offertes à différentes catégories. Par exemple, il y en a plusieurs qui s’adressent uniquement aux célibataires. Une autre est intitulée "Ultreya Funéraire", le 25 novembre, sans doute pour commémorer les cursillistes défunts. Une autre est annoncée comme "Ultreya-partage de fin d’année".

Aux Philippines

     Malgré le nombre considérable de cursillistes aux Philippines, les Ultreyas connaissaient, depuis quelque temps, une baisse de faveur. Aussi, les dirigeants ont décidé de supprimer l’Ultreya momentanément, jusqu’à ce qu’ils aient obtenu la formation de groupes permanents. Alors seulement, ils reprendront les Ultreyas mensuelles, comme "rencontre de Groupes".