Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la Bible > Réflexion chrétienne en cours > Archives > Année A, 11e dimanche ordinaire
Texte plus gros Texte plus petit

Réflexion sur l'évangile du 11e dimanche ordinaire, A

Par le Père Yvon-Michel Allard, s.v.d., directeur du Centre biblique des Missionnaires du Verbe Divin, Granby, QC, Canada.

 



 

 

Mt 9,36 - 10,8

Jésus, voyant les foules, eut pitié d’elles parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples: « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » 

Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres: le premier, Simon, appelé Pierre; André son frère; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu le publicain; Jacques, fils d'Alphée, et Thaddée; Simon le Zélote et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. 

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes: «N’allez pas chez les païens et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.»

 

11e dimanche ordinaire - A

photo du Père Allard


"Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement"

 

Notre Dieu est le Dieu-avec-nous, le Dieu-qui-voit: « J’ai vu la misère de mon peuple ».
«
Jésus, voyant les foules, eut pitié d’elles parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger ». 

Dans l’évangile de Matthieu, Jésus prononce le Sermon sur la Montagne (chapitres 5, 6 et 7), qui constitue la base de son enseignement sur le Royaume. Ensuite, il fait un voyage missionnaire autour du lac (8, 1 - 9, 34). Maintenant, il veut étendre son action pour aider la foule de gens « fatigués et abattus ». C’est pourquoi il choisit douze apôtres et leur donne ses instructions pour la mission… d’abord en Israël (dans leur propre milieu) et plus tard dans le monde entier (Mt 28, 29).  Dieu a besoin de nous pour accomplir son rêve de fraternité et d’amour. 

Nous avons habituellement une idée très restrictive du mot « vocation » et quand nous prions pour les vocations, nous pensons habituellement aux autres. Mais l’appel de Dieu s’adresse à chacun et à chacune d’entre nous. Tous, nous sommes appelés à faire notre part dans ce grand projet de Dieu pour notre humanité.  

Dieu a besoin de nous pour accomplir son rêve de fraternité et d’amour. 

Le Seigneur nous appelle là où nous sommes. Abraham est invité à sortir de sa maison et de son clan, Moïse, de la solitude de son désert, Pierre, à laisser ses filets, Mathieu, son bureau de douanes, Elisée, à abandonner sa ferme et Nathanael, à sortir de sa retraite… 

Les gens appelés par Jésus ne forment pas une communauté de gens parfaits, de héros, de saints... Ce sont des gens ordinaires et Jésus les accepte tels qu’ils sont. Cet appel se fait entendre de génération en génération et chaque communauté chrétienne doit promouvoir l’invitation à «suivre» le Seigneur. 

Jésus parcourait les villes et les villages, enseignait, proclamait le Royaume et guérissait. Quand il appelle ses disciples, il leur donne son pouvoir d’expulser les esprits mauvais et de guérir toute maladie et toute infirmité. Ils doivent aider les gens à vivre pleinement, à améliorer leur vie. Ils doivent faire une différence dans le quotidien en ayant un cœur qui écoute et un esprit de compassion. 

Nous sommes entourés de personnes qui souffrent de solitude, de rejet, d’incompréhension, de dépression, de gens qui sont victimes d’addictions, de rage, de violence, qui vivent sans beaucoup d’espérance. Le Seigneur nous demande de leur venir en aide. 

L’appel de l’évangile s’applique tout aussi bien à nous aujourd’hui qu’aux disciples du temps de Jésus :

- Ressusciter les morts, c’est-à-dire les aider à retrouver un sens à leur existence, à retrouver la joie de vivre… 

- Purifier les lépreux : permettre à ceux et celles qui sont exclus de la société de regagner leur dignité, de réintégrer leur communauté. Ceux qui sont mis de côté à cause de la nationalité, la religion, l’appartenance politique, à faire pleinement parti de la communauté humaine.

- Chasser les démons : aider ceux qui sont sous la domination des esclavages de notre système    économique - la mode, la nourriture, la drogue, les violences de toutes sortes - à s’en sortir…

Jésus nous rappelle aujourd’hui que nous sommes fidèles à notre alliance avec Dieu chaque fois que nous aidons quelqu’un d’autre, que ce soit un enfant, un adulte ou une personne âgée. Cette alliance ne nous éloigne pas des besoins de notre monde actuel, bien au contraire. Elle nous incite à participer à la construction d’un monde meilleur. 

C’est souvent, en aidant les autres, que nous redonnons un sens à notre vie. 

Je me souviens, lorsque je travaillais en paroisse au Mexique, avec un groupe de paroissiens, nous avons mis sur pied une clinique médicale dans le sous-sol de l’église, pour les gens pauvres qui n’avaient pas les moyens de prendre rendez-vous chez un spécialiste de la santé. Plusieurs médecins, infirmières, bénévoles acceptèrent de donner gratuitement quelques heures de leur temps, chaque semaine, pour aider les centaines de personnes qui se  présentaient à la clinique. Ces malades étaient accueillis avec tendresse et les médicaments que nous avions leur étaient fournis gratuitement. Les nombreux bénévoles qui participèrent à ce projet ont découvert qu’il y a autant de joie à donner qu’à recevoir : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». 

Notre monde est un monde de fragmentation, de solitude, de violence. On peut parler aujourd’hui de village global, mais il n’y a jamais eu autant de solitude au mètre carré. Le Christ nous appelle à faire une différence dans la vie de certaines personnes. Nous ne règlerons pas tous les problèmes du monde, mais nous pouvons aider une, deux, cinq personnes autour de nous. Nous sommes tous invités à travailler dans la vigne du Seigneur…  

Chaque rassemblement de chrétiens se termine par cet envoi : Allez dans la paix du Christ ! La communauté ecclésiale, sous son aspect liturgique, est une réunion provisoire qui nous invite à nous séparer afin de retourner à notre milieu familial, afin de créer avec tous - croyants ou incroyants - une communauté plus humaine. 

« Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons » est une formule qui exprime le beau et grand « projet de Dieu » pour notre monde d’aujourd’hui.

Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement