Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Modèle de la semaine > Liste des modèles en archive

Un modèle de foi en action

Prophètes de notre temps !

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.
Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.


pointeur Voir autres modèles

 

Élisabeth Bruyère
1818-1876
__________

- Fondatrice de la communauté
"Les Soeurs de la Charité d'Ottawa"
et du premier hôpital d'Ottawa

- Reconnue "Servante de Dieu"
par le Vatican


________________________________________________________________________________

« Toute mon œuvre a été bénie par Dieu parce que tous mes gestes ont été accomplis conformément à Sa Volonté. »
Mère Bruyère

_____________________________________________________________________________

Brève biographie d'Élisabeth Bruyère

Élisabeth Bruyère (Bruguier) est née le 19 avril 1818, à l 'Assomption,
Bas-Canada (province de Québec).
Dans son acte de baptême, il est inscrit Bruguier et le nom a évolué en Bruyère.

Son père, Charles Bruguier, est originaire de Pont-Saint-Esprit en Provence, France
et est arrivé au Canada en 1756.
Il était capitaine de milice et par la suite cultivateur.

La mère d'Élisabeth, Sophie Mercier, est née le 18 novembre 1796.

Charles s'est marié à 54 ans, en seconde noce, le 11 février 1817,
à Sophie Mercier âgée de 21 ans.

Élisabeth est la deuxième de trois enfants : sa demi-soeur aînée Angéline et son frère Théophile.

Le père d'Élisabeth est décédé le 18 novembre 1824.

Sa mère a travaillé comme bonne pour subvenir aux besoins de sa famille.

En 1830, six ans après le décès de son père, Élisabeth devient sous la protection de
son cousin, l'abbé Charles-François Caron, curé de Saint-Esprit (comté de Montcalm).

Elle reçoit une éducation religieuse, intellectuelle et domestique de grande qualité.
En 1834, elle enseignera à l'école du rang à St-Esprit.

La mère d'Élisabeth est décédée le 15 août 1849.

Religieuse chez les Soeurs de la Charité de Montréal

En 1839, Élisabeth entre chez les Soeurs de la Charité de Montréal ou
(Soeurs grises de Montréal) et fait son postulat.

En 1840, elle prend l'habit et accepte la responsabilité d'une salle de 40 orphelins.
_________________________________________________________________________

En 1844, Mgr Patrick Phein coadjuteur du diocèse de Kingston demande d'établir une communauté à Bytown, centre important pour l'industrie du bois. Il n'y a ni écoles, ni hôpitaux, ni lieux pour les indigents.

Mère Marguerite Beaubien prend donc la responsabilité de ce projet
mais une maladie l'emporte.

Élisabeth Bruyère est pressentie pour cette oeuvre.
_________________________________________________________________________

Le 12 février 1845, Mgr Bourget, évêque de Montréal, écrit une lettre d'audience à sœur Élisabeth Bruyère ainsi qu'à trois compagnes dont : Soeur Éléonore Thibodeau, Soeur Rodriguez et Élisabeth Devlin, les autorisant à former une ou plusieurs communautés dans le diocèse de Kingston et ce à la condition de se conformer à la règle de la communauté Mère de Montréal.
_________________________________________________________________________

Mgr Patrick Phelan les accueille officiellement et par un mandement d'institution canonique, émis le 11 avril 1845, Il érige la communauté des Soeurs de la Charité de Bytown.
_________________________________________________________________________

Dès le déb
ut, la communauté est apte à seconder le curé de Bytown, Adrien Telmon.
En trois mois, les œuvres de base étaient mises sur place.

Élisabeth, âgée de 26 ans, devient donc la Supérieure et a pour mandat de fonder une nouvelle maison à Bytown
(ville fondée en 1826 qui deviendra Ottawa, le 1er janvier 1855)
_________________________________________________________________________

À cette époque, des immigrants anglais, irlandais et écossais se rendirent dans la région afin d'obtenir du travail pendant la construction du Canal Rideau.
Avec les Canadiens français, ils formèrent la population de Bytown.


L'oeuvre de sa vie
"Les Soeurs de la Charité d'Ottawa"

Onze jours après son arrivée à Bytown, Élisabeth Bruyère ouvre une école bilingue dans un humble hangar de la rue Saint-Patrice à Bytown.

Deux mois plus tard, soit le 10 mai 1845, grâce à elle, le premier hôpital général voit le jour.

Cet hôpital fut considéré comme un petit Hôtel-Dieu et deviendra le futur hôpital d'Ottawa.
Elle fut aidée par une équipe de médecins.

_________________________________________________________________________
Plus tard suivirent l'aménagement d'un orphelinat temporaire et une résidence pour enfants abandonnés.
La Congrégation des Sœurs Grises de la Croix de Bytown
(aujourd’hui connue sous le nom de Sœurs de la Charité d’Ottawa) a une triple mission :
L’éducation de la jeunesse,
Le service aux pauvres,
Le soin des malades.

Sous la gouverne de Mère Bruyère, la Congrégation connaît une expansion des plus rapides.

En 1847, une épidémie de typhus sévit à Bytown. Les Sœurs accueilleront 619 victimes.

Un an plus tard, on assiste à l’ouverture d’une école-pensionnat à Cornwall.

En 1849, c’est l’ouverture d’un pensionnat pour jeunes filles à Bytown qui deviendra (Pensionnat Notre-Dame-du-Sacré-Cœur) dans lequel des centaines de jeunes filles de langues française et anglaise ont reçu une bonne éducation.

En 1854, la maison de Montréal reconnaissait l'indépendance totale de la communauté d'Ottawa, laquelle obtient sa propre règle en 1856 et Élisabeth Bruyère devient "Mère Élisabeth Bruyère"

En 1857, la Congrégation se développe aux États-Unis, dans l’état de New-York.

Des institutions de Sœurs Grises prennent naissance dans seize autres municipalités du Québec et en Ontario.

En 1860, Mère Bruyère sera une des forces importantes derrière la fondation de l’Hôpital général d’Ottawa.

De plus d’autres réalisations s’ajoutent :
l’Orphelinat Saint-Joseph,
l’Asile Saint-Patrice
et l’Hospice Saint-Charles.

Mère Bruyère et ses compagnes sont présentes partout où il y a des besoins humanitaires.
Une école du soir pour les mères de famille est mise sur place et elles organisent
des visites à domicile ainsi qu’aux prisonnières et prisonniers.

Des visites sont faites aux agonisants, aux sans-abri et aux sans-emploi.

En 1871, elles sont présentes à l’épidémie de petite vérole et font preuve de dévouement remarquable.

La maison mère des Soeurs de la Charité d'Ottawa est située au 9 rue Bruyère.
Tel. 613-241-2710

Décès et démarches pour béatification d'Élisabeth Bruyère

Pendant 31 ans, sous la direction de Mère Bruyère, 25 institutions voient le jour en Ontario, au Québec et dans l’État de New York.

Mère Bruyère est décédée le 5 avril 1876 à l’âge de 58 ans, on a diagnostiqué une hypertrophie du cœur.
_________________________________________________________________________


DES HONNEURS POUR MÈRE ÉLISABETH BRUYÈRE :

À Ottawa, le Centre de santé Élisabeth-Bruyère honore sa mémoire.
À Waterloo, une école élémentaire porte son nom.
Des démarches sont entreprises pour que la supérieure des Sœurs grises de Bytown,
mère Élisabeth Bruyère figure sur les billets de banque émis en 2018.



Sous la direction d'un Postulateur,
des démarches sont entreprises depuis 1978
pour obtenir la béatification d'Élisabeth Bruyère
.

Le Postulateur fait le lien entre Rome et la Congrégation
le tout sanctionné par l'archevêque d'Ottawa.

Elisabeth Bruyère est reconnue vénérable.
En 2011, il ne manquait qu'un miracle
pour que l'Église accorde les honneurs
de la béatification de Mère Bruyère.

Sa vie témoigna de son amour pour Dieu et pour les personnes défavorisées.

 


________________________________________________________

Source:
Site des Soeurs de la Charité d'Ottawa
- Site d'Ontario 400
- Site dictionnaire biographique du Canada
- Wikipédia
- Photos prises sur le web.

_____________________________________________________________________________________________
Recherche et conception: Réjean Vigneux
Révision: Marielle Lefebvre
Mise à jour:12-2016