Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Modèle de la semaine > Liste des modèles en archive

Un modèle de foi en action

Prophètes de notre temps !

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.
Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.


pointeur Voir autres modèles

 


Jean Jésus Riba
Jean "Jesùs" Riba, cmf.
______________

Prêtre missionnaire clarétain

Fondateur et grand promoteur
du :
"Mouvement des cursillos francophones du Canada"
___________________________________

"Toutes ses interventions orales avaient une saveur délicieuse.
Les gens ne s'en lassaient pas et ce même durant de longues périodes notamment lorsqu'il animait le rollo des sacrements au Cursillo.
"
Yvon Bilodeau ptre.

________________________________________________________________________________

Brève biographie de "Jesùs" Jean Riba, cmf.


Jesùs Riba est né le 26 février 1935 en Espagne à Crétas. Cretas (Cretes ou Queretes en catalan) est une commune d’Espagne, située au sommet d'une colline, dans la province de Teruel.

C'est une communauté autonome d'Aragon comarque de Matarraña.

En 2012, Crétas avait une population de 598 habitants.
__________________________________________________________________________

Le père de Jesùs, Mariano Riba, est décédé en 1972.
Sa mère, Pilar Monreal, est née vers 1911 et décédée en 1987.

La famille est composée de 3 garçons et d’une fille:
Jose Maria, le fils aîné, Mariano et Pilar qui porte le même prénom que sa mère.
Celle-ci se maria à Jose… ils eurent deux fils, David et Jose.

En 1952, à 17 ans,
Jesùs fait son scolasticat au Collège de Solsona. Solsona est une ville de 9,200 habitants située près de Barcelone.
__________________________________________________________________________


De 1954 à 1963, Jesùs fait son noviciat à Vich,
aujourd’hui la ville porte le nom de Vic.

C’est une municipalité espagnole où l'on compte près de 42,000 habitants.

Vic est la capitale de la comarque catalane d'Osona, province
de Barcelone.
__________________________________________________________________________

Le 16 Juillet 1849, le saint Antoine-Marie Claret s'est réuni avec cinq autres prêtres, au Séminaire de Vic et fonda
"Les Missionnaires, Fils du Cœur Immaculé de Marie"
ou "Missionnaires clarétains".

C'est dans cette congrégation religieuse que Jesù, (Jean Riba) est devenu un des leurs.
__________________________________________________________________________

Antoine-Marie Claret ,(en catalan, Antoni Maria Claret i Clarà
et en espagnol, (Antonio María Claret y Clarà) est né le 23 décembre 1807 à Sallent et est décédé le 24 octobre 1870 à Narbonne.

Il fut évêque espagnol, missionnaire et archevêque de Santiago de Cuba.
Il a été canonisé en 1950 ; sa fête est le 24 octobre.
__________________________________________________________________________

Jesùs Riba est ordonné prêtre à Angers en France le 29 juin 1963. Il a profité de son séjour au collège d'Angers pour perfectionner son français et terminer sa théologie.

La congrégation espagnole des clarétains créa un séminaire en 1952.

Quand la communauté immigra au Canada en 1971, la Ville d'Angers achèta le domaine et y créa un centre de loisirs et une maison de l'enfance.
__________________________________________________________________________

Jesù Riba a vécu son Cursillo en 1962 dans la communauté hispanophone de Paris et a participé activement à plusieurs activités du Cursillo.


Le 18 octobre 1963, le père Jesùs Riba immigre au Canada.
Après avoir constaté que le nom de "Jesùs" n’est pas employé au Canada contrairement à l'Espagne, il sera dorénavant appelé JEAN RIBA et ce nom demeurera tout le temps qu’il habitera au Canada.

De 63 à 65, le P. Jean Riba est professeur de mathématiques au Collège des Clarétains à Victoriaville.
Ce travail ne répond pas à ses attentes, il se dit qu'il n'est pas devenu prêtre pour enseigner. Il a idéalisé sa vocation sacerdotale comme leader actif auprès d'une communauté ou bien comme missionnaire dans des pays où règne la pauvreté.

Il a le vent dans les voiles, il veut changer le monde.
__________________________________________________________________________

Les clarétains sont responsables de la paroisse Notre-Dame-de-la-Protection à Sherbrooke et le Père Riba fait la navette entre Victoriaville et Sherbrooke.
Il aime le contact avec les gens.
Il fait ce trajet la plupart du temps en faisant de l'auto-stop.

Lors d'un de ses déplacements, il devient par "Hasard" le passager de François Thibault.
__________________________________________________________________________

Lorsqu'il a fait monter à bord le P. Riba, François Thibault mentionne qu'il vient de vivre son cursillo à Manchester aux E.U.
D'un seul coup, tout était alors réuni pour la naissance d'une gigantesque aventure.
Cette rencontre providentielle a donc donné lieu aux premiers balbutiements
du " Mouvement des Cursillos francophones du Canada".

François Thibault fait parti du groupe du père Henri Roy . Ce dernier est le fondateur de la J.O.C. au Canada et aux États-Unis et il est également le fondateur de "L'Institut
Pie X" qui a vu le jour à Manchester et s'est développé par la suite à Québec et en province.

Ce sont quelques couples de "L'Institut Pie X" de Manchester qui ont fondé le Cursillo à cet endroit. Les textes pour rollistes et recteur étaient tous en langue anglaise.

L'institut Pie X avait alors une maison située rue Murray à Sherbrooke. C'était un petit séminaire fondé en 1957 par le Père Roy. Le Recteur de ce séminaire, était nul autre que François Thibault cité plus haut qui était également professeur.

François Thibault devient alors la référence et le collaborateur de Jean Riba et ce durant plus de cinq ans. C'est lui qui a traduit tous les textes du "Cursillo de Manchester", de l'anglais au français.
__________________________________________________________________________

En 1965, le P. Riba est muté à Sherbrooke et il habitera à la maison des Clarétains située sur le chemin Beauvoir.
Cette maison est alors le noviciat et le scolasticat des pères Clarétains.

Jean Riba débute sa nouvelle vie par un travail gigantesque de recherches et de réflexions et ce sans repos. François Thibault le secondera.
Il parcourt le Québec à la recherche de candidats potentiels pour former un premier groupe et il réussit à rassembler 23 personnes pour vivre un premier Cursillo: neuf de Sherbrooke, deux de Québec, cinq de la Beauce, deux de Nicolet et trois de la Nouvelle-Angleterre.

C'est la concrétisation de l'oeuvre de Jean Riba; un deuxième Cursillo francophone prend donc vie en terre canadienne.
__________________________________________________________________________

Il est à noter qu'un Cursillo eut lieu à Trois-Rivières en 1963, mais n'eut aucun lendemain.

Le premier Cursillo du Père Riba, cmf. eut lieu à la Villa Dufresne à Sherbrooke
du 22 au 25 octobre 1965.
Il était assisté comme Animateur spirituel de l'abbé Jacques Landry et de François Thibeault comme Recteur.
Cinq personnes agissaient comme rollistes, trois venaient de Québec :
Gerry Larochelle, Marcel Larue et Wilfrid Pleau,
deux franco-américains venant de Manchester, Roger Gélinas et Rénald Larochelle.
Tous ceux qui faisaient partie de l'équipe avaient un lien étroit avec "L'Institut Pie X".
Vingt-trois candidats faisaient donc parti de ce Cursillo.

Il y eut un deuxième Cursillo pour hommes en 1965. Des personnalités bien connues de "L'institut Pie X" , des fondateurs de grandes oeuvres à l'instar de leur fondateur Henri Roy notamment André Daigneault et Christian Beaulieu en faisaient parti.

Du 17 au 20 février 1966, eut lieu le premier Cursillo pour femmes.
L'équipe qui accompagnait le Père Jean Riba venait entièrement des États-Unis.
La Rectrice Germaine Jean habitait Woonsoket (Rhode-Island).
Elles étaient donc sept femmes sur l'équipe qui ont parcouru 480 km. dans la tempête pour venir soutenir ce Cursillo à Sherbrooke.
Quarante-trois candidates ont alors vécu leur Cursillo.
__________________________________________________________________________

Le Père Riba n'a pas tardé à mettre sur pied une "École des Dirigeants".

Au MC, cette école est donc, d'abord et avant tout, une équipe d'animateurs et d'experts qui oriente le Mouvement et contribue à maintenir la mentalité propre du MC.
__________________________________________________________________________

Cette équipe cherchait à améliorer les Ultreyas, stimuler les Réunions de Groupes, préparer les animateurs d'un Cursillo et voir à assurer la formation de tous, particulièrement des dirigeants.
C'est ce qui amena rapidement la création de secteurs autonomes dans les premiers diocèses et plus tard une multiplication d'autres diocèses se sont joints.

Tout cela correspond en la mise en place de bases solides du "Mouvement des Cursillos Francophones du Canada".

En 2013, plus de 150,000 avaient vécu leur Cursillo.
Il y a 226 communautés francophones dans 22 diocèses du Canada français soit :
en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick.
__________________________________________________________________________

De 69 à 71, le Père Jean Riba est à plein temps pour le Cursillo à Montréal.
Il demeure rue Girouard dans le quartier N.D.G. et travaille avec acharnement à faire grandir le Cursillo: animation, mise en place de communautés, rencontres etc.
Gilles Paré sera un acolyte qui le secondera dans son oeuvre dès les débuts.

De 71 à 76, Jean Riba, cmf. revient à Sherbrooke.
Il est très disponible pour la bonne marche du Cursillo.
Il est continuellement en recherche d'évangélisation et surtout d'organisation de session en cheminement spirituel.
Il se joint à l'oeuvre de Paul Tremblay qui s'est converti lors d'un Cursillo et qui fut pour lui une transfiguration. Du jour au lendemain, il abandonne sa vie de criminel et se consacre d'abord comme animateur de la flambée et autre à St-Jérôme .
Il déménage dans la région de Sherbrooke et fonde une maison pour réhabiliter des prisonniers. En 1972, Tremblay fonde une maison à Cookshire qui portera le nom de
"La Source".
C'est là que Jean Riba se joint à lui dans ce projet, il agira comme animateur spirituel.
La maison "La source" se voulait un centre de ressourcement spirituel.
Le P. Riba prolongera son enseignement spirituel à Sherbrooke et travaillera avec acharnement sans grand repos.
__________________________________________________________________________

En 1976, Jean Riba est épuisé par le travail et n'en peut plus, il est malade.
Il demeure discret auprès de la multitude de personnes qui l'entourent au Cursillo et ailleurs; cependant il sait qu'il doit changer de mode de vie, il est à la limite de ses capacités.

Son Supérieur provincial d'alors, le père François Garcia fait les démarches pour qu'il quitte Sherbrooke et Jean va rejoindre la Communauté des Clarétains à Rome.

De 80 à 83, c'est un repos total.
Jean en profite pour écrire et se ressourcer, refaire ses forces, ne plus se préoccuper du Cursillo du Canada qu'il a laissé entre de très bonnes mains et de tout ce qu'il a fondé.
__________________________________________________________________________


De 83 à 87, Jesù Riba cmf. devient curé-missionnaire à St-Domingue en République Dominicaine pendant ce temps Il donnera un coup de main aux paroisses et aux jeunes en formation vers le sacerdoce durant quatre années et il se préparera pour un retour au Canada.
__________________________________________________________________________

Avant de revenir à Sherbrooke, le mystique Père Riba désire donner une suite vraiment spirituelle au Cursillo et va d'abord se ressourcer à Troussures en France, à 75 km. de Paris.
__________________________________________________________________________

C'est à Troussures qu'il ira rejoindre le Père Henri Caffarel qui est
le fondateur des équipes Notre-Dame (mouvement de spiritualité conjugale).

En 1965, le père Caffarel s'était installé à Troussures situé dans la Région de Picardie. C'est un petit village de moins de 200 habitants.
Il s'installa dans un vieux château qu'il transforma en maison de retraite.
__________________________________________________________________________

C'est dans ce château que le P. Riba a passé quelques mois pour se ressourcer et observer ce qui se faisait là-bas.
En ces lieux, on peut y vivre des retraites personnelles,
suivre des retraites prêchées ou des sessions de formation.
Une grande place est donnée à la sagesse philosophique, manifestant la grandeur de la personne humaine et à la sagesse théologique et mystique, apportant une intelligence de la foi au service d'une vie d'amour dans le Christ.
__________________________________________________________________________

En 1987, le Père Jean Riba revient à Sherbrooke.
Il sera désormais attaché à la communauté de Fleurimont des Pères Clarétains.
Il s'installe dans un petit logement, situé rue Cabana, tout près de l'Université.
Il ne tarde pas à former une équipe avec le couple Pauline et Armand Pelletier,
Raymond Tanguay et autres. Ensemble ils fondent le mouvement "L'ÉVEIL".

"L'éveil" est l'inspiration de ce que le P. Riba vient de vivre en France avec l'équipe du Père Caffarel.
"L'éveil" est une fin de semaine d'intériorité (du jeudi au samedi).
Ce ressourcement s'adresse d'abord aux cursillistes qui désirent aller plus loin dans leurs cheminements spirituels, également à d'autres qui veulent vivrent un cheminement intense de spiritualité.

Le Père Riba a piloté ce projet jusqu'en 1992 et a animé presque tous ces ressourcements.
Il se donnait en moyenne quatre sessions par année avec des groupes entre 40 et 45 personnes.
__________________________________________________________________________

Après son départ pour l'Amérique centrale; c'est l'abbé Yvon Bilodeau qui a assuré la relève du mouvement "L'Éveil" qui a existé jusqu'en 2014.
L'abbé Bilodeau aurait demeuré avec le P. Riba qu'il considérait comme un personnage mystique. C'est selon ses dires, un visionnaire qui ressent les événements du futur.
Il ajoute que le Père Jean Riba, bien qu'étant Espagnol d'oririne avait une facilité naturelle de se rapprocher du peuple québécois. Son discours plaisait. Toutes ses interventions orales avaient une saveur délicieuse, les gens ne s'en lassaient pas et ce même durant de longues périodes, notamment lorsqu'il animait le rollo des sacremenst au Cursillo.

__________________________________________________________________________

Le Père Jean Ribas s'était lié d'amitié avec
Jean et Pierrette Desharnais; lesquels sont à l'origine de l'Aggiornamento avec une équipe dont l'abbé Clément Croteau faisait parti.
Les Desharnais connaissaient la famille de Jean Riba les ayant visités dans leur village. Ils les ont même accueillis chez eux à Sher- brooke.
Ils ont fait des voyages avec eux, notamment aux E.U. en 1985 et auraient pris des photos où nous pouvons voir les membres de la famille du P. Riba qui demeurent tous en Espagne.

De gauche à droite: Pilar, la soeur de Jean avec son fils David - Jean et sa mère -
Jean et Pierrette Desharnais.
__________________________________________________________________________

Lors du même voyage en 1985
nous pouvons voir sur cette photo
Jean Riba et sa famille.
De gauche à droite:
Le P. Jean Riba,
sa mère Pilar,
son neveu David,
Pilar, sa soeur
et Jose, son beau-frère, le mari de Pilar.

Le Père Riba cmf. et l'Amérique Centrale


Depuis 1992, le Père Jesùs Riba, cmf. habite l'Amérique centrale.

Il a réalisé un autre objectif de vie qu'il s'était d'abord fixé en devenant prêtre
notamment de devenir missionnaire dans des lieux où il y a de la pauvreté.

Il a été en mission à Panama durant 5 ans et curé à San Salvador durant 2 ans etc.
__________________________________________________________________________

 

Le premir octobre 1998, le P. Jesùs Riba est incardiné dans la "Province Clarétaine d'Amérique Centrale" .

Dans l'Église catholique, c'est un statut par lequel un prêtre est juridiquement rattaché (c’est-à-dire :
« incardiné ») à une église particulière ou à un diocèse.

Donc le P. Riba n'est plus sous la tutelle de la "Province canadienne des Clarétains" tel leur terme.

Le Père Jesùs Riba habite présentement au Panama.


Un collaborateur, une collaboratrice de Jean Riba


L'abbé André Belcourt est né le 1er août 1937 à Asbestos.
Il est issu d'une famille de 16 enfants.

Il fut ordonné prêtre le 11 juin 1960 par Mgr. Georges Cabana.
Il a vécu son Cursillo en 1975.


L'abbé André Belcourt a remplacé le Père Jean Riba comme animateur spirituel du diocèse de Sherbrooke d’octobre 1979 jusqu’à son décès le 1er septembre 2007.


Il était fier d'avoir participé au premier balbutiement du Cursillo et d'avoir fait équipe avec le Père Riba.
Il connaissait par coeur tous les rouages du Cursillo et dirigeait son travail avec confiance en l'Esprit Saint.

__________________________________________________________________________


Sœur Marie-Reine Demers 1911-2004.
Après 35 ans d’enseignement, Soeur Marie-Reine vit son Cursillo en avril 1967.
Elle participe à une session avec l’équipe dirigeante du Cursillo.
Elle devient alors secrétaire du mouvement et participe au Cursillo avec un si grand zèle qu’on lui donne amicalement le titre de
"Mère des Cursillistes" de la région de Sherbrooke.
Elle s’est donnée à fond durant plus de trente ans pour le Cursillo.


Hommage au Père Riba par celui qui était
le Supérieur provincial de sa communauté

 



Une activité apostolique dont les Clarétains de la Délégation canadienne peuvent se sentir très fiers, c’est le CURSILLO.
Fiers à cause de la place que ce mouvement a prise dans l’Église du Québec ainsi que des fruits produits au niveau du renouveau spirituel des personnes et de la formation de laïcs engagés.

Les Clarétains de la Province canadienne ont joué un rôle de première classe dans l’implantation du Mouvement CURSILLO..
Il revient au Père Jean Riba, cmf., d’avoir été le fondateur et le grand promoteur du Cursillo en terre québécoise

Après le P. Riba, plusieurs Clarétains de la Province ont contribué à l’expansion du Cursillo.


Oui, nous pouvons l’affirmer avec fierté et reconnaissance :
"Le CURSILLO a été une grâce et un don extraordinaire accordés par le Seigneur à l’Église du Québec par l’intermédiaire des Clarétains".

Le P. Riba est arrivé à un moment crucial de l’histoire de la société et de l’Église québécoises. Rappelons-nous : c’est le début de la fameuse révolution tranquille, avec les conséquences néfastes que nous connaissons par rapport à la vie chrétienne.

Certainement que le CURSILLO a été une source d’inspiration chrétienne pour beaucoup de personnes, de familles et de communautés chrétiennes.

On reconnaît aujourd’hui que l’un des mérites indéniables du P. Riba a été d’avoir mis l’insistance, dès le début, sur la réunion hebdomadaire devenue l’Ultreya et d’avoir mis la Parole de Dieu et l’Eucharistie, en plus du témoignage et de la fraternité, comme des éléments constitutifs et essentiels de l’Ultreya ou réunion hebdomadaire.

Ainsi, tout en demeurant fidèle à l’esprit du CURSILLO, il le lançait sur le chemin du Concile et lui donnait des assises très solides pour assurer son avenir. Personne ne doute que c’est cette heureuse orientation qui fait encore aujourd’hui du CURSILLO un Mouvement ecclésial intéressant et toujours d’actualité.

Père François Garcia, cmf.

Supérieur Provincial à l'époque où le P. Riba, cmf. était au Québec.



Source:
Site web du Cursillo
- Photos sur le web
.- Photos fournies par: Jean et Pierrette Desharnais- Lise Labontéet Gilles Paré.
Père François Garcia, cmf - Père Carmel Lerma, cfm - Yvon Bilodeau, ptre. - Robert Duval, ptre
- Gilles Baril, ptre - Clément Croteau, ptre. - François Thibault - Pierrette et Jean Desharnais - Gilles Paré - André Poulin - Roger Fortier - Henri-Claude Lainesse -Jean-Claude Fréchette - Lise Labonté.
Merci à tous ceux qui ont collaboré à la réalisation de ce modèle d'action.
R. Vigneux

_____________________________________________________________________________________________
Recherche et conception: Réjean Vigneux
Révision: Marielle Lefebvre
Mise àjour:02-2015