Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Les Actualités "Le MC dans le monde"
> Documents d'archives
Texte plus gros Texte plus petit

Nouvelles publiées en 2008

 


Venez vivre la Grande Ultreya 2008 !
 

 

À l’intérieur du Congrès Eucharistique International (du 15 au 22 juin, à Québec), les cursillistes seront invités à venir vivre une Grande Ultreya que nous appelons nationale, mais qui peut devenir internationale, puisque des délégués de toutes les parties du monde seront présents dans la capitale.

En effet, le 21 juin 2008, à partir de 8h00, la Basilique Ste-Anne de Beaupré nous ouvrira ses portes et nous aurons la joie d’accueillir nos frères et soeurs de plusieurs provinces du Canada pour entendre des témoignages en français et en anglais, avec traduction simultanée.

La célébration eucharistique en langue espagnole, vécue en début d’après-midi, sera présidée par Mgr Nel Beltrán, animateur spirituel du groupe latino américain (GLAC), qui a accepté volontiers notre invitation. Mgr Beltrán est l’auteur de deux chapitres (I et IX) dans les Idées Fondamentales du MC.

Il est possible que nous ayons aussi la présence du cardinal Juan Sandoval, de Guadalajara (Mexique) et animateur spirituel de l’OMCC, l’organisme mondial du MC.

N'hésitez pas à vous procurer un billet d'entrée le plus tôt possible (les places sont limitées) (*)

Nous vous attendons tous et toutes dans l’espérance de vivre une communion intense dans un climat de fête nos seulement avec nos frères et sœurs cursillistes du MCFC, mais aussi avec ceux et celles d'autres continents. Ultreya! En avant!  

 

Daniel Rodrigue, président
Mouvement des Cursillos Francophones du Ca nada
 

(*) Accueil dès 8h. Déroulement de 9 à 15h. Animation, témoignages, dîner fraternel, célébration eucharistique, documentation. Inscription et repas: 20$. Billets en vente auprès de votre diocèse respectif ou bien auprès de Claudette Vallières: claudette.vallieres@cei2008.ca

 

Pour en savoir plus:


Le Mouvement des Cursillos francophones de Paris

 (Nouvelles en date de Mars 2008)

Responsable:

Succédant à Marie-Noëlle Hulin, Françoise De Bailly est la nouvelle responsable du Mouvement des Cursillos francophones de Paris.

Prochain cursillo:

Le prochain cursillo en langue française(*) à Paris aura lieu du 1er au 4 mai 2008.  La préparation en a été confiée à Marie Antonia Yanes, de Madrid.  Suite à l'invitation du Comité canadien pour l'expansion internationale, le Père Émile SEDBEDJI, premier animateur spirituel du diocèse de Kpalimé, au TOGO, qui étudie présentement à Paris, a accepté de prendre charge de l’animation spirituelle de ce cursillo.  Yolande Samson, responsable de l'École de Formation du diocèse de Montréal, en sera la rectrice.
 

(*) des cursillos s'y donnent aussi en espagnol et en vietnamien.

QUATRIÈME CURSILLO DE LOMÉ  
(10ÈME DU TOGO)

 

Date

Du 10 au 13 avril 2008.

Lieu

à Gbodjomé 

Thème

"En ta vérité je veux vivre, Seigneur, tiens-moi par la main"

Chant thème

"Je veux chanter ma joie" (guide p.136)
 

Recteur

Grégoire PLAKOO

Assistant recteur

Remy KOUTOBLO

Auxiliaires

Ghislaine PLACKTOR
Stéphane GABA
L'Idéal Marc Hervé TYPAMM
En Église Sonia ISSA
La Prière Nadège N'BOMA
Le Mariage Emma et Henri SEGBAYA
L'Étude Séverin COMBEY-ADAMAH
L'Action Grégoire AVOGNON
Le Leader chrétien Rémy KOUTOGLO
Fermentation des milieux Yves D'ALMEIDA
Le 4ième Jour Grégoire PLAKOO

Animateur spirituel

P. Damien DEWORNU
Animateur spirituel adjoint P. Emmanuel AWOUKO
Responsable du matériel Ninan SOGO
Responsable de la Clausura Robert KPOTOR
Responsable des palancas Roland AKAKPO


 

Lettre mensuelle de l’OMCC – 1 mars 2008

Que la paix et l’amour de Notre Seigneur soient toujours avec vous tous!  L’information que nous vous envoyons par l’intermédiaire de ce Bulletin mensuel n’est pas réservée à l’usage exclusif du Secrétariat National mais, au contraire, elle doit circuler dans toutes les communautés afin de rejoindre les millions de cursillistes dans le monde. Nous réitérons donc notre demande afin qu’elle soit diffusée dans tous les secrétariats diocésains, afin que nous puissions nous unir dans la même mentalité et devenions un seul et unique Mouvement universel.  Le mois dernier, nous avons eu la chance et l’honneur de participer à quatre expériences émouvantes pour le MC.  La première, ce fut à Rome, lors du Congrès qui eut lieu au Vatican pour commémorer le 20e anniversaire de la Lettre apostolique Mulieris Dignitatem. L’OMCC y avait délégué trois personnes. Ce Congrès, intitulé «Homme et Femme, la totalité de l’humain», comprenait 250 participants de 49 pays, qui échangèrent sur la dignité de l’homme et de la femme et la différence théologique et anthropologique de la relation entre personne, nature et culture.  La deuxième expérience, ce fut la présence de Juan Ruiz, accompagné du P. David Smith, aux funérailles de notre cher ami Eduardo Bonnín, le 12 février, à Majorque. Présidées par l’évêque de Majorque, les funérailles comptaient 48 concélébrants et une foule d’amis de toutes les parties du monde, venue pour rendre hommage au fondateur du MC. Vous trouverez plus loin, un extrait de l’homélie prononcée à cette occasion. 

La troisième expérience se déroula immédiatement après les funérailles d’Eduardo, et avait été organisée par le Secrétariat du Portugal. Il s’agissait d’un Cursillo de Cursillos (on appelle ainsi un Cursillo de formation pour les dirigeants du MC). Durant trois jours, nous avons ressenti la présence constante d’Eduardo lorsque nous écoutions chacun des rollos

Mais avant tout, dans ce Bulletin en mémoire de notre cher ami Eduardo, nous voulons vous offrir un courte biographie, ainsi qu’un extrait de l’homélie de Mgr Murgui, l’évêque de Majorque.

Notre ami Eduardo est parti au ciel accompagné d’une multitude de prières de la part de ses amis, des laïcs et des prêtres de toutes les parties du monde. Que le Seigneur le reçoive à bras ouverts! Et nous Le prions surtout pour qu’Il nous maintienne tous unis dans son amour et son amitié. De Colores!

Juan Ruiz Président - OMCC

 


Décès du fondateur du MCC, Eduardo Bonnin Aguilo

1918

Eduardo Bonin

2008

Nous venons d'apprendre la triste et en même temps joyeuse nouvelle que notre frère, le plus admirable entre tous, Eduardo Bonnin Aguilò, fondateur du Mouvement des Cursillos, a quitté son 4e Jour et commencé son 5e dans l'intimité d'amour avec Dieu Notre Père. C'est en union avec la grande famille De Colores  que nous remercions Dieu des merveilles inombrables qu'il a opérées en lui et, par son intermédiaire, dans le monde entier.  Nous nous unissons à la chaîne de prières qui montent de partout dans le monde en récitant le Notre Père avec Eduardo:
 

Notre Père

qui es aux cieux,
que ton Nom soit sanctifié,que ton Règne vienne,que ta Volonté soit faite sur la terre
comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain
de ce jour,
pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous soumets pas à la tentation,mais délivre-nous du Mal.

 


Annonce du décès d'Eduardo Bonnin,
par le Secrétariat de Majorque


Palma de Majorque, 6 février 2008

Chers amis cursillistes,

Dans nos coeurs doit surgir en ce moment le sentiment et la certitude que l’amour est plus fort que la mort. Eduardo Bonnín Aguiló, fondateur du Mouvement des Cursillos, mais avant tout notre maître, notre frère et notre ami, est parti à la rencontre du Père. Aujourd’hui, 6 février, à 16h00, Eduardo est décédé en sachant que Dieu l’aime, en croyant à la résurrection et, comme il le disait toujours, «content mais non satisfait».

Fidèle à l’Évangile du Christ, ouvert à la réalité du monde et attentif aux personnes autour de lui durant toute sa vie, il a laissé un héritage d’amitié avec Dieu et avec les hommes au moyen du Mouvement des Cursillos.

Alors que notre cœur est envahi par la tristesse de perdre ici-bas quelqu’un que nous aimions profondément, c’est le moment de manifester notre foi et d’avoir la certitude qu’Eduardo est maintenant infiniment heureux auprès du Père. Et cela, comme il le dirait lui-même, est un motif de joie immense.

Étant donné – comme l’enseignait Eduardo – que les choses se font mieux par amitié, nous vous prions de faire parvenir à tous vos amis, la nouvelle de son décès.

Il sera exposé à Bon Sosec, les 7, 8, et 9 février. Les funérailles solennelles auront lieu à la Cathédrale de Palma, mardi le 12 février, à 20h00, présidée par Mgr Jesús Murgui, évêque de Majorque. Tant au Salon Funéraire comme à la Cathédrale, il y aura des livres pour recevoir les témoignages de reconnaissance. De même, on trouvera une page sur Internet, pour tous nos frères cursillistes éloignés qui ne peuvent se rendre à Majorque et désireraient partager leurs sentiments et leurs souvenirs :   http://eduardoinmemoriam.blogspot.com

Lorsque Eduardo visitait les condamnés à mort, il les disait «bienheureux» et combien ils étaient «importants», car dans quelques heures ils allaient être près du Père. Pour nous aussi, Eduardo a toujours été quelqu’un d’important, et à partir de ce moment-ci, nous pouvons lui demander d’intercéder pour nous auprès du Père, pour que nous puissions continuer son œuvre d’évangélisation dans le monde et faire en sorte que le plus de gens possible aient la joie de savoir que Dieu les aime. Si Eduardo put réaliser tout ce qu’il a fait sur la terre, que ne pourra-t-il pas faire maintenant dans le ciel!

Merci Eduardo, d’avoir permis que nos vies soient meilleures, que nous soyons plus heureux. Un grand merci parce que la vie de plusieurs d’entre nous n’aurait pas connu la lumière de l’Évangile si tu n’avais pas été là…

De Colores pour toujours!

Cristina Gonzalez Duque, Secrétariat diocésain de Majorque.

 

Homélie de Mgr. Jesús Murgui, le 12 février 2008.

1C 9, 16-19. 22-23 / Sal 22 / Mt 5, 1-12

 

«Bien chers frères, 

Nous sommes venus à Dieu, compatissant et miséricordieux, dans cette célébration que nous offrons pour le repos éternel de notre frère Eduardo Bonnín. Et nous le faisons en ce temps de grâce, ce chemin vers Pâques, qui est le Carême durant lequel l’Église nous encourage à revenir au Seigneur, à nous convertir, à partir de la contemplation de l’amour de Dieu manifesté pleinement dans la passion-résurrection. C’est sur cette croix et cet amour que repose notre prière pour Eduardo, et nous le faisons avec l’espérance accrue par sa longue existence toute consacrée, en tant que laïc, à annoncer le message de l’Évangile aux hommes et aux femmes de notre temps. 

Je crois que les paroles de Paul ont résonné comme un écho tout au long de la vie d’Eduardo. «Malheur à moi si je n’évangélise pas», voilà le cri existentiel de celui qui s’est identifié si souvent comme un «apprenti de chrétien». À cause de cela, ce ne pouvait être, ni ne fut pour lui «motif d’orgueil», ni «pour son plaisir», mais avec la conscience très claire d’avoir reçu une mission. Une mission essentiellement pour les autres, «être tout à tous afin d’en gagner au moins quelques-uns», et cela, «pour participer lui-même aux biens de l’Évangile». 

Ils sont bienheureux, nous a dit l’Évangile, «les pauvres en esprit», c’est-à-dire ceux qui attendent tout du Seigneur, qui se confie uniquement en Lui, ceux qui vivent détachés des biens matériels et même des affections spirituelles pour ne mettre son cœur qu’en Dieu. Bienheureux aussi les doux et les affligés, ceux qui prennent d’autres voies que celles de la force et de l’égoïsme pour se rendre présents dans la société, parce qu’ils savent que le message de l’Évangile n’est pas quelque chose qui émane de leurs propres idées, mais qu’ils annoncent quelque chose de beaucoup plus grand qu’eux-mêmes, et qu’ils ne sont que de simples messagers. Quelque chose de si grand qu’ils peuvent passer une vie entière, riche en événements de toutes sortes, et demeurer encore de simples «apprentis». 

Voilà ce que nous devons tous demeurer, mes frères, dans une docilité pleine et constante à l’Esprit Saint, à ce qu’Il nous demande, à ses lumières et à ses grâces. Comment pourrions-nous refuser quelque chose à Dieu alors qu’Il nous le demande par son Fils fait homme, qui a vécu nos faiblesses, nos tentations, la souffrance et la mort et que nous avons rencontré au matin de la résurrection, et qui nous envoie son Esprit pour rendre tout possible, même si parfois cela semble nous dépasser énormément? C’est ainsi que Eduardo le comprenait, de même que tous ceux qui ont coopéré avec lui dès les débuts pour le communiquer aux autres lorsqu’ils ont commencé le Mouvement des Cursillos, appelé à se répandre de par le monde entier, en pénétrant la catholicité de l’Église, et à avoir une influence même dans d’autres confessions chrétiennes. 

Comme tous les pionniers, ils ont dû surmonter des difficultés et des incompréhensions. Et cela nous ramène à la dernière des Béatitudes, celle des persécutés pour l’Évangile : d’abord et avant tout, les martyrs, mais aussi tous ceux qui souffrent de l’incompréhension à cause de leur zèle pour le Seigneur, pour vouloir exprimer sa Parole de manière choquante pour le milieu ou les coutumes établies qui paraissent immuables. Et surtout lorsqu’on veut accueillir les distants et rendre présent – dans certains milieux qui semblent imperméables – ce qu’il y a de «fondamental dans le christianisme», comme disait Eduardo, et qu’il définissait ainsi : «Dieu nous a aimé le premier et nous a envoyé son Fils pour le salut de toute personne, sans distinction aucune». L’aimer Lui, cela viendra après, comme conséquence de la stupeur causée par la découverte de cette grandeur immense. 

Je demande à Dieu que le feu allumé lors de ces premiers Cursillos, et qui ont embrasé la foi de tant d’hommes et de femmes, prêtres, religieux et laïcs de par le monde, continue d’illuminer le chemin que tant de fidèles, soit dans le Mouvement, soit dans l’Église, doivent suivre pour rendre contagieuse leur foi, leur couleurs d’un christianisme vivant, engagé, transformateur d’existences, pleines de l’expérience de ce que c’est qu’être enfant de Dieu. Par la grâce de l’Esprit Saint, que ce feu ne s’éteigne jamais et que son héritage soit féconde! 

Ce feu et cet héritage dans lesquels, avec la grâce de Dieu, Eduardo s’est tellement consacré, qu’il est devenu vraisemblablement le laïc chrétien le plus universel de l’Église de Majorque durant tout le 20e siècle, lui qui a terminé son pèlerinage terrestre et que nous remettons pieusement entre les mains de Dieu, notre Père». 

(La seconde partie de l’homélie a été faite en langue majorquine et n’a pas été copiée).

Notre ami Eduardo est parti au ciel accompagné d’une multitude de prières de la part de ses amis, des laïcs et des prêtres de toutes les parties du monde. Que le Seigneur le reçoive à bras ouverts! Et nous Le prions surtout pour qu’Il nous maintienne tous unis dans son amour et son amitié. De Colores!

 

MEXIQUE - ULTREYA NATIONALE

DIOCESE DE CELAYA  NOVEMBRE 8 & 9, 2008

Disciples et  Missionnaires
 de Jésus Christ

Pour que notre population ait
la Vie en Lui

Celaya t'attend avec joie !
au Stade de Football  Miguel Aleman Valdez

INFORMATION:

Casa de Cursillos, Aztecas 1000, CP 38040 Celaya Gto
Tel (461) 6148525 e-mail:
ultreya2008@hotmail.com
www.ultreya2008.org