Imprimer Texte plus gros Texte plus petit
Texte plus gros Texte plus petit

Cursillo > Histoire > I. Genèse du Mouvement des Cursillos

La méthode prend forme

chalet à Cala FigueraChalet à Cala Figuera où se tint la première expérience du cursillo de 3 jours, en 1944
17.      Au cours de cette même année 1943, le Conseil diocésain de l’AC, fortement impressionné par ce cursillo, se mit à rêver d'une session semblable qui pourrait dynamiser les chrétiens non seulement pour un pèlerinage ponctuel mais pour changer la vie ordinaire des milieux. C’est là l’objectif de toutes les branches de l’AC: christianiser les milieux par des gens du milieu. C'est de cette inquiétude que surgit le schéma «étude des milieux» que Bonnín rédigea et présenta en public pour la première fois au séminaire de Majorque, à l'invitation du Recteur lui-même. Lors de son deuxième cursillo des chefs de pèlerins, Bonnín fit accepter son schéma pour l'incorporer dans la session et il fut choisi comme l'un des professeurs.

18.      Ouvrons  une parenthèse. Tout ceux qui ont travaillé dans le MC ont pu constater  que ce schéma sur l'étude des milieux contient déjà, en synthèse, tout ce qui va devenir par la suite le Mouvement des Cursillos. En effet, le fait de considérer que la réalité se meut davantage par les milieux que par les structures ou les organisations, et qu'il faut une profonde connaissance de son propre milieu pour le transformer, constitue l'épine dorsale du futur Mouvement. C’est là notre charisme fondateur, ou si vous préférez, l’intuition fondamentale du MC: travailler à  la conversion d’individus (c’est le moyen) afin de transformer les milieux (c’est la finalité)(3). Pour parfaire cette découverte, on affirmera que pour convertir quelqu'un, il faut d'abord capter son coeur, ensuite illuminer son esprit et, enfin, aimanter sa volonté. Ce sera le parcours psychopédagogique de notre Cursillo. Fermons la parenthèse.

19.      C'est donc à partir du schéma « étude des milieux » que le Conseil se mit à élaborer toute une méthode visant à convertir en chrétiens fervents les personnes éloignées et à revivifier en profondeur les plus proches. Constatant que bien peu de gens pouvaient interrompre leurs activités durant une semaine complète, on prépara un schéma de trois jours. Malheureusement diverses oppositions ne tardèrent pas à se manifester contre ce nouveau cursillo. Par exemple, on ne croyait pas possible qu’un même schéma puisse servir à des personnes de différents niveaux sociaux, ou pour des croyants et incroyants. Eduardo sut défendre âprement l’idée et réussit, malgré tout, à organiser une session expérimentale du nouveau cursillo.

Participants au 1er cursillo en 194420.      Elle eut lieu en août 1944, à Cala Figuera, sur l'Île  Majorque. L'animateur spirituel était l'abbé Juan Juliá, le recteur, Eduardo évidemment, et il y avait deux professeurs, Jaime Riutort et José Ferragut, celui-là même qui avait parrainé Eduardo. Il y avait 14 jeunes candidats (4). C'était déjà un authentique Cursillo, même si les dirigeants de l'AC croyaient qu'il s'agissait tout simplement d'un simple abrégé des cursillos des chefs de pèlerins. Heureux du succès, on décida de répéter l'expérience et c'est ainsi que, chaque année, jusqu'en 1948, on alternait sur l'Ile, les véritables cursillos de pèlerins d'une semaine et le cursillo nouvelle formule en trois jours.

Participants au cursillo de Cala Figuera

21.      Comme l'aumônier diocésain de l'AC assista à la clôture du Cursillo de 1946, cela accrédita l'expérience auprès des autorités. Durant la semaine sainte de 1948, un trait particulier va s'affirmer: la distinction entre l'animateur spirituel de la retraite du début et l'animateur spirituel du reste de la fin de semaine. C'est ce qui arrivera l'année suivante pour le cursillo de fondation, comme on le verra.

22.      De 1944 à 1948, il s'était donc formé sur l'Ile plusieurs noyaux de jeunes qui avaient suivi soit les cursillos de pèlerins, soit le cursillo abrégé. D'autre part, dans la capitale, Palma, un groupe initial se réunissait à l'École des Dirigeants de l'AC. C'est là que l'on retrouvera des prêtres de valeur qui travailleront à la formation des jeunes; mentionnons, entre autres, le P. Gabriel Seguí, religieux des Sacrés-Coeurs (qui habite toujours au monastère de St-Honoré), et le plus connu, l'abbé Gayá. Cette École sera considérée à juste titre comme le noyau originel du MC et c'est pourquoi les IFMC iront jusqu'à affirmer, paradoxalement, que l'École est antérieure au Mouvement (# 530). C'est cette École que l'évêque de Palma va prendre en mains.

Mgr Juan Hervas23.      En 1947, en effet, le St-Siège nommait un évêque auxiliaire à Majorque, Juan Hervás, qui est demeuré longtemps l'évêque le plus jeune d'Espagne. Mgr Hervás fut agréablement impressionné par l'esprit et le dynamisme du groupe des jeunes de l'AC, mais également préoccupé de le maintenir dans l'orthodoxie. Aussi, sa première intervention fut de nommer son secrétaire, l'abbé Gayá, comme aumônier diocésain de l'AC et d'inviter l'École des Dirigeants à venir participer à la messe, chaque vendredi matin, à l'évêché.

 

____________

(3) Cette technique est la même qui a été employée par la secte du Temple Solaire pour s’infiltrer à Hydro-Québec: d’abord les cadres sont ciblés, puis formés dans une École et ensuite ils devaient retourner dans leur milieu pour apporter une correction à la trajectoire de l’humanité. Le problème c’est que les adeptes s’étaient aliénés du monde extérieur et ne voulaient plus y retourner! (Crois et meurt dans l’Ordre du Temple Solaire, p. 170-172).

(4) En 1989, les dix survivants se sont réunis pour célébrer leur 45e anniversaire.

suivant >

Source des photos: www.cursillos.org.mx ; www.iglesia.cl/ et 4e Dia Ediciones