Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

La foi en action
>Témoignage de la semaine > Liste des témoignages
Texte plus gros Texte plus petit

Témoignage en archives

Merci à tous ceux qui nous envoient un témoignage!

 

En témoignant de ce que le Seigneur
a fait dans notre vie,
nous contribuons à faire connaître
sa présence et son action
et c'est Lui que nous louons.

 

Christ du cursillo

"Que votre lumière brille!
Qu'elle soit placée sur le boisseau!
Afin que tous ceux qui la voient
rendent gloire à votre Père
qui est dans les cieux."

(Mt 5, 15-16)

 

Cliquez ici pour nous envoyer votre témoignage

Pape Jean-Paul II 1990"Voilà votre rôle dans l'Église: créer des noyaux de croyants qui portent le message du salut de tous côtés, en faisant valoir le poids de votre opinion non pas par l'imposition mais par la force de votre témoignage".

Jean-Paul ii, Ultreya d'Italie en 1990

LE RETOUR AUX SOURCES
du Mouvement des Cursillos

Réal Lévêque, p.s.s.
Grand Séminaire de Montréal
Paroisse de la Nativité, Cornwall


Permettez-moi de me présenter. Je suis le P. Réal Lévêque, sulpicien de 51 ans, originaire du diocèse de St-Boniface (Manitoba). J’ai fait le Cursillo en 1980, lorsque j’étais au Grand Séminaire de Montréal. Cette fin de semaine avait transformé ma vie. De retour au Manitoba, j’avais une grande nostalgie du Mouvement qui n’existe pas là-bas. Quand je fus nommé directeur au Grand Séminaire de Montréal de 1988 à 1991, je me suis occupé de la communauté St-Esprit (Rosemont) comme animateur spirituel. J’ai fait partie de l’équipe à deux reprises, j’ai fait un aggiornamento et je n’ai jamais manqué une Clausura. En 1991, j’ai dû retourner au Manitoba pour prendre soin de ma mère et de nouveau, je ressentais de la nostalgie pour le Mouvement. Heureusement, en 1999, j’arrivais dans le diocèse d’Alexandria-Cornwall et pouvais m’intégrer dans une communauté tout en aidant le P. Marc Piché durant les Cursillos. Et, à partir de 2001, comme je suis retourné comme directeur au Grand Séminaire de Montréal, j’ai pu retrouver ma communauté du St-Esprit.... 

Or, en reprenant contact avec le Mouvement, j’ai été profondément attristé en constatant la baisse des communautés. Depuis que je suis de retour à Montréal, j’assiste à des réunions d’urgence où l’on nous apprend que le MC dans le diocèse est tombé de 6000 membres actifs à 400!!! On souligne le manque d’intérêt, le vieillissement, des gens qui s’engagent ailleurs, d’autres qui ne se retrouvent plus dans le Mouvement... Dans la communauté du St-Esprit, il y a 12 ans, nous étions entre 22 et 28 membres à chaque Ultreya; aujourd’hui, on se compte chanceux si on est 6. 

idées fondamentalesÀ bien y penser, je pense que nous avons trop laissé les “Idées Fondamentales” à la dérive. Chacun a voulu les adapter pour plaire à tout le monde: et on sait bien qu’en voulant plaire à tout le monde, on ne plaît à personne! Je vous demande: le MC est-il fait pour s’adapter aux gens, ou les gens pour s’adapter au Mouvement? Quand nous avons vécu notre Cursillo, nous nous sommes engagés à cheminer dans ce Mouvement et par conséquent, nous devons essayer d’en observer les orientations. Si je veux tout changer pour soi-disant rendre les Ultreyas plus agréables aux gens, est-ce que je suis honnête avec le Mouvement? Si j’ai des problèmes vis-à-vis le Mouvement, est-ce que c’est le Mouvement que je dois essayer de changer ou si c’est moi-même? Si on ne connaît pas le vrai sens du partage évangélique, du trépied, de la réunion de groupe, etc. comment veut-on les aimer et les pratiquer? 

C’est pour cela que je dis qu’il faut un retour aux sources, il faut revenir au charisme fondateur. Il faut retrouver notre raison d’être. Essayons d’être fidèles à nos origines et nous nous en sortirons vainqueurs!