Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Modèle de la semaine > Liste des modèles en archive

Un modèle de foi en action

Prophètes de notre temps !

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.
Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.


pointeur Voir autres modèles

 


Saint-Maximilien Kolbé

(Maksymilian Maria Kolbe)
________

Confesseur et Martyr

Canonisé le 10 octobre 1982

Fête liturgique 14 août

________________________________________________________________________________

"Il sait dire à chacun ce qu'il faut et possède
un vrai don pour atteindre les incroyants".

________________________________________________________________________________

Brève biographie de Maximilien Kolbé


Le 8 janvier 1894, est né Raymond Kolbé
dans la ville de Zdunska-Wola en Pologne.

C'est en 1890,
que Julius Kolbé et Maria Dabrowska, les parents
de Raymond, se sont mariés.
Ils auront 5 enfants dont 3 seulement ont survécu.
François, l’aîné, Raymond et Joseph.
___________________________________________________
Julius, le père de Raymond était ouvrier tisserand.
C'était un catholique fervent et appartenait au tiers-ordre.
Il est décédé en 1914 comme combattant de guerre.
__________________________________________________________________________


Maria, la mère de Raymond est née le 25 février 1870.

Elle envisageait devenir religieuse.
Cependant elle n’avait pas la dot requise.

En 1913, elle est reçue Tertiaire chez l’Ordre des Franciscains.

La famille était pauvre et avait une dévotion extraordinaire
à la Vierge Marie.

__________________________________________________________________________

Raymond a été éduqué sévèrement et avait un tempérament fougueux .

En 1904, à l’âge de 10 ans, suite à une remarque de sa mère, celle-ci lui demanda "Qu'est-ce que tu vas devenir" ?
C'est alors que la vie de Raymond a basculé et il se réfugia dans la prière et se rendit à l'église.
Soudain, la Vierge lui apparut tenant dans ses mains deux couronnes : une blanche et une rouge.
Elle le regarda avec tendresse et lui demanda s’il voulait ces deux couronnes.
La blanche signifiait la persévérance dans la pureté
et la rouge le martyr.

Raymond répondit à la Vierge qu’il acceptait les deux.
En douceur, la Vierge disparut.
À partir de ce moment, Raymond est devenu un garçon calme et transformé.

En 1907, à 13 ans, il entre au petit séminaire à Lwow avec son frère aîné François.

Prise d'habit - fondation de la milice de l'Immaculée


À 16 ans, le 4 septembre 1910, il prend l’habit des franciscains et reçoit le nom de " Frère Maximilien"

En septembre 1911, il fait sa profession simple.

Un an plus tard, il poursuivra ses études au Collège séraphique de Rome.

En novembre 1914, Frère Maximilien fait sa profession solennelle et ajoute à son nom religieux celui de « Marie ».

__________________________________________________________________________

En 1917, en pleine guerre le frère Maximilien-Marie luttera contre la franc-maçonnerie qui s’attaquait à toute religion et en particulier la religion catholique et il militera pour la défense des droits de l’Église .

Le 16 octobre 1917 , il fonde la " Milice de l’Immaculée" avec six premiers candidats qui feront leur consécration.
Cet organisme compte aujourd'hui 4 millions de membres dans 47 pays.

La doctrine de la M.I. repose sur le mystère de
l’Immaculée-Conception: "Remettre à Dieu le monde entier par l’Immaculée".

En janvier 1922 c’est l’approbation définitive de la M.I. par le pape Benoît XV.


Sacerdoce - sanatorium - rédaction d'un livre


Le 28 avril 1918, frère Maximilien-Marie reçoit le sacerdoce et célèbre sa première messe en l’église Sant’Andrea della Fratte à Rome et deviendra alors père Maximilien-Marie.

En juillet 1919, il reçoit son doctorat en théologie et entre en Pologne, à Cracovie.

Sa santé est alors précaire. Il fait un séjour au sanatorium et on lui donne un ministère de confessions et de petites prédications. Il est atteint de tuberculose et est hospitalisé à Zakopane parmi des malades non catholiques et ce jusqu’en 1921.

À l’hôpital, il rédigera un livre destiné à faire connaître la "Milice de l'Immaculée" M.I.

"Le Chevalier de l'Immaculée" et "la Cité de l'Immaculée"


En 1922, c’est un retour à Cracovie et il lance la publication de sa revue mariale
« Le Chevalier de l’Immaculée » qui atteindra au départ un tirage de 12,000 copies.

En 1927, il atteindra 60,000 copies.
__________________________________________________________________________

Un terrain lui est offert gratuitement par le propriétaire, le prince Drucko-Lubecki.



Et en 1927,
le père Kolbé fonde la
"Cité de l’Immaculée"
situé à 40 km.
de Varsovie,
à Niepokalanow.


Les frères vivront dans la plus stricte pauvreté à l’image de St-François.
Ils construiront chapelle, bâtiments et imprimerie.
Il y aura des services de rédaction, d’impression, des ateliers de menuiserie, des logements pour les frères et un immense réfectoire.

La Cité de l’Immaculée étant bien en place, le père Kolbé laisse à son frère, le frère Alphonse, la direction de Niepokalanow.
Le frère Alphonse décédera le 7 décembre 1930.
__________________________________________________________________________

En mars 1930, le père Kolbé, accompagné de 4 frères
partent fonder une autre "Cité de l’Immaculée"
en Asie, à Nagasaki au Japon.
Il distribueront "le journal Chevalier japonais"
( Seibo no Kishi) à plus de 2000 exemplaires
et en 1933, ils en distribueront 50,000 copies.

La Cité sera construite à "Mugensai no Sono" sur un terrain dans le creux d’une pente.
Le père Kolbé sera critiqué pour le choix de cet emplacement. Cependant le 9 août 1945, lorsqu’éclatera la bombe sur Nagasaki, la cité sera épargnée, "coïncidence? ".

Leur présence et leur apostolat au Japon ont porté fruit.
En moins de 2 ans les baptêmes se succèdent et parmi eux de nombreux jeunes désirent prendre l’habit.

La santé du père Kolbé est précaire, il fait souvent beaucoup de fièvre.
En juillet 1936, le père Kolbé est rappelé en Pologne pour reprendre la direction de la Cité de l’Immaculée à Niepokalanow.

Guerre - emprisonnement


Le 1er septembre 1939, la guerre éclate entre l’Allemagne et la Pologne et en moins
de trois semaines, l’armée atteignit Varsovie.
Niepokalanow se trouva alors encerclée par les troupes.
Le 5 septembre, la préfecture de Varsovie ordonna l’évacuation de Niepokalanow qui sera détruite par la suite.
Le 19 septembre 1939, la police allemande rassemble tous les religieux et les déportent au camp Amtiz. Ils y restèrent jusqu’au 9 novembre.

 

Le 8 décembre le père Kolbé et ses frères sont libérés
"Coïncidence le 8 décembre fête de l'Immaculée-Conception!".

Ils reviennent à la Cité de l’Immaculée et constate la dévastation.
Il entreprennent de tout remettre à neuf.

Malgré leur pauvreté, ils accueillent des réfugiés
de la Croix- Rouge ainsi que des réfugiés nazis.

Malgré la grande pauvreté et le manque de nourriture, ils ne refusent pas d'accueillir des réfugiés, même que les nazis leur emmenaient juifs et mendiants.

Le 17 février 1941, les S.S. rassemblent les 350 personnes qui se trouvent à Niepokalanów.
Le père Kolbé avec 5 autres frères furent arrêtés et emprisonnés à Varsovie où on faisait le triage pour le camp de concentration.

 

Déportation à Auschwitz - Canonisation - Citations

Le 28 mai 1941, après 100 jours de détention, le père Kolbé est déporté à Auschwitz et portera le no "16670".

À chacun des endroits où il sera détenu, il se montrera toujours le protecteur spirituel et le père de tous les prisonniers.
Il était spécialement la victime des gardiens à cause qu’il était toujours là pour aider et réconforter les autres.

Épuisé, il sera transféré au bloc des invalides durant une semaine et par la suite au bloc 14 où un évadé venait de s’enfuir.

A l’appel du soir, à cause de l’évasion d’un des prisonniers,
le commandant du camp choisit dix condamnés qui iront mourir dans le bunker de la faim.

L’un d’eux François (Franciszek) Gajownicszek, sanglotant, mentionna qu’il avait une femme et des enfants.
Le père Kolbé s’avança vers le commandant et dit :
Je suis un prêtre catholique polonais ;
je suis vieux, je veux prendre sa place parce qu’il a femme et enfant
".


Stupéfait, le commandant acquiésca et d’un geste autoritaire envoya le père Kolbé et les neuf déjà désignés à se diriger vers le bunker de la mort.

Un prisonnier polonais, Borgowiec, était employé par un garde de la Gestapo
et témoignera de tout ce qui s’était passé dans la cellule de la mort.
Les 10 prisonniers furent d’abord désabillés entièrement où il y avait déjà une vingtaine d’autres prisonniers.
Avec le père Kolbé, ils vécurent leurs derniers jours en prières, supportés et encouragés
par le père Kolbé.
Après trois semaines, il ne restait que 4 condamnés qui n’étaient pas encore décédés dont le père Kolbé.
Le 14 août 1941, on leur fit une piqûre intraveineuse de poison.
Le père Kolbé sera brûlé au four crématoire le 15 août, jour de l'Assomption de la Vierge.
Borgowiec témoigna que le visage du père Kolbé était calme, beau et rayonnant.
Son corps martyrisé, parut ce jour-là comme transfiguré.
__________________________________________________________________________


Le 17 octobre 1971, Maximilien Kolbé est béatifié par le Pape Paul VI.

__________________________________________________________________________

 

Le 10 octobre 1982, le Pape Jean-Paul II,
a canonisé Maximilien Kolbé.

Le 14 août, deviendra la date où on célébrera
"Saint-Maximilien Kolbé" au calendrier liturgique.
________________________________________________

 

François (Franciszek) Gajownicszek, celui qui devait mourir à la place du père Kolbé à Auschwitz était présent lors de la béatification de Saint-Maximilien Kolbé.

C'est lui que l'on aperçoit sur la photo de droite en compagnie du pape Jean-Paul II.
(Franciszek) est décédé en 1995.

____________________________________________________________________________


QUELQUES CITATIONS DE SAINT-MAXIMILIEN KOLBÉ
________________________________________

"Celui qui aime Dieu quand tout va très bien
ne peut pas affirmer avec certitude qu'il aime Dieu"


« Je ne suis pas le défenseur du peuple, je suis du peuple. »

"Se servir de tous les documents modernes:
la presse, le cinéma et la radio pour éveiller les esprits,
enflammer les coeurs et aider les humains à connaître Dieu"



________________________________________________________

VIDÉO MISE EN LIGNE LE 28 JANVIER 2012 SUR YOU TUBE



Écoutons le père René-Luc.
Il nous raconte qui est Saint Maxilien-Kolbé
Filmé le 14 janvier 2012, lors d'une conférence

________________________________________________

Bibliographie de Saint Maximilien Kolbé

- Le secret de Maximilien Kolbe, éditions Saint-Paul, Paris, Maria Winowska 1972

- La Passion de Maximilien Kolbe, Robert Laffont, André Frossard, 1987

- Maximilien Kolbe, édition Flammarion, Patricia Treece, 2003

- Maximilien Kolbe: prêtre, journaliste et martyr, édition Périn, Philippe Maxence, 2011

________________________________________________________

Recherche et conception: Réjean V.igneux
Révision: Marielle Lefebvre
Mise à jour: 12-2013