Imprimer Texte plus gros Texte plus petit


La foi en action > Évangélisation des milieux > Choix de textes sur l'évangélisation des milieux > Au pays de l'évangélisation

Évangélisation des milieux

Réflexion sur la mission du MC et de tout chrétien : témoigner de sa foi... particulièrement auprès des "loin de Dieu et de l'Église"!

AU PAYS DE
L'ÉVANGÉLISATION

par GILLES BARIL, prêtre
Animateur spirituel
national du MCFC
  1. Qui doit évangéliser?
  2. Comment demeurer crédible?
  3. Comment réévangéliser les baptisés ?

Comment réévangéliser les baptisés


Pourquoi autant de baptisés semblent si peu intéressés par l'Évangile?

J’identifie cinq causes :
  • L’ignorance du message évangélique
  • tourner le dos à l'ÉvangileOn a tourné le dos à l’Évangile suite à une mauvaise expérience d’Église
  • On n’a jamais pris le temps de s’arrêter pour vivre une expérience personnelle de Jésus-Christ
  • Le Christ n’est pas une source intérieure qui anime le cœur
  • On n’a jamais rencontré une personne habitée de l’intérieur dont la seule présence est un enseignement sur Dieu tellement cette personne dégage le respect, la bonté, la joie de vivre.

 

On a tourné le dos à l’Évangile suite à une mauvaise expérience d’Église

  • L’Église est-elle un cadeau de Dieu au monde d’aujourd’hui?
  • Notre vie communautaire (sociale) aurait-elle la qualité qu’on lui connait sans l’Église?
  • Que dit l’Église dans ses enseignements au monde d’aujourd’hui?

Comment acquérir une expérience personnelle de Jésus-Christ?

  • Par un temps d’arrêt, de relecture des évènements vécus pour y discerner l’essentiel. Un temps d’arrêt pour regarder avec mon cœur ce que je vis (contemplation), pour écouter avec mon cœur ce que je ressens et ce que les autres me disent et risquer ainsi de mieux comprendre ce que Dieu me dit (méditation).
  • Par une expérience au sein d’un mouvement spirituel (Cursillos, la Flambée, la Rencontre, Joie de Vivre, Équipes Notre-Dame, Foi et Partage, la Vie Montante, l’Éveil, le Scoutisme…);
  • Par le soutien donné et reçu lors d’une épreuve ou souvent Dieu nous rejoint par la porte de service;
  • Par un pardon donné ou reçu pour une réalité non pardonnable. On ne pardonne jamais parce que l’autre a mérité : on pardonne pour arrêter de souffrir et recommencer à pouvoir être heureux;
  • Par le courage manifesté face à une épreuve. Une jeune disait : « J’admire la foi de ma grand-mère, mais je ne souhaite pas vivre le monde de sacrifices qu’elle a connu durant sa vie. »
  • Par la joie des chrétiens. La joie est la première source qui mène à Dieu. La joie est attirante, interpellante et rayonnante.

Le Christ n’est pas une source intérieure qui anime le cœur

  • L'ennemi à fuir: notre monde de vitesse et de la recherche de la facilité. S’arrêter pour développer une meilleure perspective de mon vécu. Faire de mon histoire personnelle une histoire sacrée.

On n’a jamais rencontré une personne habitée de l’intérieur dont la seule présence est un enseignement sur Dieu tellement cette personne dégage le respect, la bonté, la joie de vivre.

  • Développons le respect profond de chaque personne, particulièrement en donnant de l’attention aux gens que la société ignore parce qu’ils n’ont rien à lui rapporter;
  • Se garder de paroles blessantes en supportant les imperfections des autres. Les aimer assez pour leur donner la force de se changer eux-mêmes. Excuser au lieu d’accuser;
  • Ne jamais cesser d’être bon et d’agir avec douceur;
  • Mortifier sa saine curiosité en se libérant de notre égoïsme;
  • Développer le sens de l’humour et de la joie de vivre (joie sereine et sécurisante).

suite >

Publié avec l'autorisation de l'auteur
Extrait de: Le quotidien de l'Évangile, Gilles Baril, prêtre, p. 115-117
Source de l'image: Dos tourné à l'Évangile: http://www.michelledastier.com/